NOUVELLES
28/12/2012 07:55 EST | Actualisé 27/02/2013 05:12 EST

Irak: Maliki critique des opposants bloquant une autoroute

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a vivement critiqué vendredi des opposants qui bloquent depuis plusieurs jours l'autoroute reliant l'Irak à la Jordanie et à la Syrie, estimant ce type d'"inacceptable", tout en appelant au dialogue.

"Bloquer des routes et susciter un conflit confessionnel" est "inacceptable", a affirmé M. Maliki dans un discours à Bagdad. Il vaut mieux "que nous parlions et que nous nous mettions d'accord (...) pour mettre fin à nos problèmes et à nos différences", a ajouté le dirigeant chiite.

Depuis dimanche, des manifestants opposés à M. Maliki sont installés à Ramadi, la capitale de la province Al-Anbar, située à l'ouest de Bagdad et majoritairement sunnite, et bloquent la principale route reliant l'Irak à la Jordanie et à la Syrie, selon un correspondant de l'AFP.

Ces manifestations ont débuté après la récente arrestation pour "terrorisme" par les forces de sécurité de M. Maliki d'au moins neuf gardes du ministre des Finances Rifaa al-Issawi, un sunnite.

Membre du bloc laïque Iraqiya qui est soutenu par la communauté sunnite, M. Issawi avait réclamé la semaine dernière la démission de M. Maliki après avoir fait état d'une intervention des forces de l'ordre à son domicile et au ministère, et de l'arrestation de gardes.

Le bloc Iraqiya et d'autres membres du fragile gouvernement d'union de M. Maliki accusent depuis plus d'un an le Premier ministre d'accaparer le pouvoir.

Les tensions confessionnelles sont toujours importantes en Irak, théâtre en 2006-2007 d'une vague de violences qui avaient fait des dizaines de milliers de morts.

ak/wd/jds/vl/fc