NOUVELLES
27/12/2012 10:37 EST | Actualisé 26/02/2013 05:12 EST

Malcom Subban est le gardien no 1 de l'équipe canadienne... pour l'instant

OUFA, Russie - L'agilité de Malcolm Subban, ainsi que son expérience et son sens du dramatique, lui ont permis d'obtenir le poste de gardien no 1 du Canada au Championnat mondial de hockey junior. Pour l'instant.

Au lieu de laisser poindre une possible controverse des gardiens de but, l'entraîneur Steve Spott a préféré tuer les spéculations dans l'oeuf après le premier match des siens, et donner à Subban une bonne dose de confiance, en lui laissant savoir qu'il sera son homme en vue du tournoi.

«C'est le niveau de jeu de Malcolm qui va dicter jusqu'où il va aller, mais en ce moment il est notre homme de confiance et ce sera à lui de répondre à l'appel», a déclaré l'entraîneur, jeudi.

Le gardien des Bulls de Belleville a une bonne taille, une longue portée et de la vivacité. Il connaît bien les patinoires de dimensions olympiques, comme c'est le cas en Europe, parce que l'aréna Yardman à Belleville a cette taille. Le frère cadet de P.K. Subban, un athlète de six pieds deux pouces et 200 livres, met souvent de l'emphase à ses arrêts du gant au moyen d'un petit coup de poignet, dans l'intention de signifier à ses coéquipiers qu'il maîtrise la situation.

«J'ai le sentiment que ces arrêts-là aident évidemment la cause de l'équipe, mais en ajoutant un peu de dentelle, ça donne un peu plus de confiance aux joueurs, a indiqué Subban. Et le fait de savoir que les entraîneurs ont confiance en toi, que tu vas jouer tous les matchs, ça aide beaucoup ça aussi.»

Après avoir repoussé 25 des 28 tirs dirigés vers lui dans la victoire de 9-3 du Canada contre l'Allemagne en ouverture du tournoi, le Torontois de 19 ans sera de retour devant le filet en vue de la rencontre de vendredi contre la Slovaquie.

Un moment inquiétant est survenu pendant la séance d'entraînement du Canada, jeudi, quand il y a eu une collision entre Boone Jenner et le défenseur Xavier Ouellet dans la zone neutre. Les deux joueurs se sont relevés lentement. Jenner ne pourra pas jouer avant lundi parce qu'il purge une suspension de trois matchs.

«Ils sont tous les deux corrects, a affirmé Spott. Je viens d'aller voir comment ils vont.»

Subban a commencé à regarder le Championnat mondial junior à la télé quand il avait 12 ans. Il a ressenti un lien intime avec les tournois de 2008 et 2009 parce que P.K., qui évolue présentement dans la LNH avec le Canadien de Montréal, a fait partie de ces deux formations canadiennes. Le Canada a remporté l'or à chaque fois.

P.K. et Malcolm Subban sont la septième combinaison de frères à s'aligner avec l'équipe canadienne junior. Les autres sont Freddie et Dougie Hamilton (2012), Luke et Brayden Schenn (2008, 2010-11), Martin et Mathieu Biron (1997, 2000), Scott et Rob Niedermayer (1991-92, 1993), Sylvain et Pierre Turgeon (1983, 1993), ainsi que Mike et Randy Moller (1982).

Malcolm Subban a assisté à certaines des meilleures et des pires expériences de la part de gardiens lors des récents championnats mondiaux.

Carey Price, en 2007, a fasciné Malcolm Subban, alors âgé de 14 ans, quand celui-ci a regardé l'actuel gardien du CH à la télé de la cafétéria d'un aréna de Toronto.

Price a résisté aux Américains pendant la fusillade du match de demi-finale et a été proclamé joueur par excellence du tournoi, alors que le Canada a décroché la médaille d'or en Suède.

Subban a également vu Jake Allen se faire retirer du match pendant la finale de 2010 contre les États-Unis, Mark Visentin allouer cinq buts en troisième période contre la Russie dans le match de championnat en 2011, et Scott Wedgewood quitter la demi-finale de 2012 contre la Russie en raison d'une blessure après avoir cédé quatre buts en 14 tirs.

«C'est une position difficile, a reconnu Subban. Il y a beaucoup de responsabilités qui viennent avec le poste de gardien de but.

«Ce que je vais essayer de faire, c'est de jouer pendant 60 minutes. Je me souviens de la fois, il y a quelques années, où la Russie tirait de l'arrière 3-0 et est revenue pour l'emporter. Je vais simplement essayer que ça n'arrive pas, j'imagine.»