NOUVELLES
26/12/2012 01:19 EST | Actualisé 25/02/2013 05:12 EST

Tunisie: report du procès militaire d'un ex-conseiller du président Marzouki

Le procès en appel d'un ancien conseiller du président tunisien condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir diffamé l'armée a été reporté au 4 janvier, à la demande de la défense, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat, Me Naceur Laouini.

Ayoub Messoudi avait été condamné en septembre à quatre mois de prison avec sursis pour "dénigrement de l'institution militaire".

Le tribunal avait alors levé alors l'interdiction de voyage qui le frappait, mais selon M. Messoudi, cette levée n'a pas été appliquée.

"C'est cela que nous avons essayé de comprendre aujourd'hui auprès de la justice militaire", a expliqué M. Messoudi. "Cela fait quatre mois que je suis privé de revoir ma famille et mes enfants", établis en France, a-t-il déclaré à l'AFP, évoquant "une vengeance".

"La justice militaire et le ministère de l'Intérieur se renvoient la balle (...). Ils veulent me pousser à renier mes propos", a-t-il dénoncé.

M. Messoudi a été poursuivi en justice par le chef d'état-major des armées, le général Rachid Ammar, et le ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi.

Lors d'une émission télévisée le 15 juillet, il avait accusé les deux hommes de "trahison d'Etat", leur reprochant de ne avoir pas informé fin juin le président Moncef Marzouki, pourtant chef des armées, de l'extradition vers la Libye de l'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi.

Cette extradition, décidée par le Premier ministre Hamadi Jebali malgré l'opposition de M. Marzouki, qui estimait que M. Mahmoudi n'était pas certain de bénéficier d'un traitement équitable en Libye, avait provoqué une crise au sommet de l'Etat.

kl-bsh/fc