NOUVELLES
26/12/2012 09:31 EST | Actualisé 25/02/2013 05:12 EST

Le Parlement russe adopte une loi interdisant l'adoption aux Américains

MOSCOU - La chambre haute du Parlement russe a voté à l'unanimité, mercredi, en faveur d'un projet de loi qui interdit aux Américains d'adopter des orphelins russes, une mesure que le président Vladimir Poutine a vraisemblablement l'intention de promulguer.

Le projet de loi est largement considéré comme des représailles du Kremlin contre une loi américaine qui appelle à des sanctions contre les Russes considérés comme des délinquants dans le domaine des droits de la personne. Il survient alors que le président Poutine a adopté une attitude de confrontation avec l'Occident, repoussant les critiques sur la répression des dissidents et des libertés démocratiques.

Des dizaines d'enfants russes sur le point d'être adoptés par des familles américaines seront probablement empêchés de quitter le pays. Des dizaines de milliers d'enfants russes ont été adoptés aux États-Unis depuis 20 ans. Selon l'UNICEF, il y a actuellement quelque 740 000 enfants dans les orphelinats de Russie.

Les 143 membres de la chambre haute du Parlement ont voté en faveur du texte, qui a suscité des critiques tant aux États-Unis qu'en Russie. Des responsables politiques, des militants et des artistes russes ont estimé que le projet de loi persécutait les enfants en leur enlevant la possibilité d'échapper à leur vie difficile dans des orphelinats délabrés.

Le vote est survenu quelques jours après l'adoption du projet par la chambre basse, par une importante majorité.

Le département d'État américain a déclaré mercredi qu'il regrettait la décision du Parlement russe.

«Depuis 1992, des familles américaines ont accueilli plus de 60 000 enfants russes dans leur maison, en leur donnant l'occasion de grandir dans un environnement familial», a déclaré le porte-parole Patrick Ventrell dans un communiqué.

«Il est malencontreux de lier le destin d'enfants orphelins à des considérations politiques qui n'ont rien à voir», a-t-il ajouté.

Sept personnes qui manifestaient contre le projet de loi ont été arrêtées à Moscou avant le vote mercredi. «Les enfants sont gelés dans la guerre froide», disait une affiche. Environ 60 personnes ont aussi manifesté à Saint-Pétersbourg.

Même si le président Vladimir Poutine ne s'est pas explicitement engagé à promulguer la loi, il l'a fermement défendue la semaine dernière lors d'une conférence de presse, la présentant comme une «réponse adéquate» à la nouvelle loi américaine.

L'ombudsman chargé des droits des enfants en Russie, Pavel Astakhov, a déclaré à l'agence de presse Interfax que 46 enfants sur le point d'être adoptés par des Américains resteraient en Russie si le projet de loi est promulgué, malgré les jugements des tribunaux qui ont déjà autorisé ces adoptions.

L'ombudsman soutient le projet de loi, estimant que les adoptions à l'étranger découragent les Russes d'adopter des enfants.

«Un étranger qui a payé pour une adoption a toujours la priorité sur de potentiels parents adoptants russes», a dit M. Astakhov. «Un grand pays comme la Russie ne peut vendre ses enfants.»

Plusieurs responsables du gouvernement russe, dont le ministre des Affaires étrangères, se sont opposés au projet de loi sur l'adoption, estimant qu'il s'agissait d'une violation de la Constitution russe et des obligations internationales de la Russie.

Le porte-parole de la présidence, Dimitri Peskov, a indiqué que M. Poutine pourrait promulguer la loi dans les deux prochaines semaines.

Plus de 100 000 Russes ont signé une pétition en ligne pour demander au gouvernement d'abandonner le projet. Des responsables de l'opposition ont indiqué qu'ils organiseraient un rassemblement le 13 janvier pour protester contre la mesure.