NOUVELLES
26/12/2012 11:36 EST | Actualisé 25/02/2013 05:12 EST

La famille d'un ex-président iranien lance une poursuite contre un législateur

TÉHÉRAN, Iran - Quatre enfants d'un ex-président iranien influent poursuivent un législateur qui a qualifié sa famille de «pieuvre» corrompue, attisant un vieux conflit entre les radicaux et les modérés qui est né à la suite de l'élection présidentielle contestée de 2009.

La dernière salve a ravivé l'amertume entre les partisans de l'actuel président, Mahmoud Ahmadinejad, et les modérés menés par l'ancien dirigeant, Akbar Hashemi Rafsanjani, à peine six mois avant la prochaine élection présidentielle.

Un avocat a déposé une plainte au nom de la famille devant le Tribunal spécial du clergé contre le législateur, Hamid Rasai, un allié d'Ahmadinejad. M. Rasai fait aussi partie du clergé.

Dans un discours diffusé à la radio d'État, M. Rasai a décrit l'un des fils de l'ex-président, Mahdi Rafsanjani, «de monstre corrompu qui a toujours joui d'une immunité à toute épreuve».

M. Rasai a exhorté les représentants du clergé à le traiter avec véhémence, qualifiant M. Rafsanjani et ses proches de «famille-pieuvre» qui a mis de la pression sur le système juridique iranien et les forces de sécurité afin de le faire libérer.

Mahdi Rafsanjani a été libéré sous caution de la prison d'Evin plus tôt ce mois-ci.

Les autorités l'ont arrêté à la fin du mois de septembre, vingt-quatre heures après qu'il soit revenu en Iran de la Grande-Bretagne, sous des accusations de complot visant à troubler la paix à la suite de l'élection présidentielle contestée de 2009. Il n'a pas été traduit en justice.