NOUVELLES
24/12/2012 04:29 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

Syrie: l'armée est intervenue à Halfaya après une attaque de "terroristes" (agence officielle)

L'agence officielle syrienne Sana rapportait lundi que l'armée avait riposté à une attaque "terroriste" à Halfaya, dans le centre du pays, théâtre la veille d'un raid aérien meurtrier imputé par des militants et une ONG aux troupes gouvernementales.

"Un groupe terroriste armé a attaqué la localité de Halfaya, commettant des crimes contre la population, tuant plusieurs femmes et enfants", a indiqué Sana, affirmant, en citant des habitants, que la population avait fait appel à l'armée "qui est intervenue, tuant et blessant de nombreux terroristes".

Les "terroristes" ont ensuite "tourné des images pour accuser l'armée syrienne au moment où l'émissaire international Lakhdar Brahimi arrivait en Syrie", poursuit l'agence qui ne fait pas état de l'intervention de l'armée de l'air.

Dimanche, des vidéos mises en ligne par des militants montraient de nombreux corps au milieu des gravats au pied d'un bâtiment détruit, devant lequel un cratère creusait la route.

Plus de soixante personnes ont été tuées dans un bombardement aérien devant une boulangerie de cette localité rebelle de la province de Hama, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La Coalition nationale de l'opposition a dénoncé un "massacre" commis sous "la protection de la Russie et de l'Iran", deux alliés de poids du régime, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à enquêter.

De son côté, le Conseil national syrien (CNS), la principale composante de cette Coalition, a affirmé qu'il faisait "porter à la communauté internationale la responsabilité de ce massacre", en raison de son inaction face aux violences. Selon lui, ce raid meurtrier montre que le régime, "sous pression", "a perdu le contrôle du pays".

Le 30 août, l'ONG Human Rights Watch avait accusé les troupes du régime de commettre des crimes de guerre en lâchant en trois semaines des bombes sur au moins dix boulangeries dans la seule province d'Alep, dans le nord du pays.

Au total dimanche, 198 personnes ont péri en Syrie, dont 120 civils, selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins civils et militaires à travers le pays.

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire devenue conflit armé. En 21 mois, les violences ont fait plus de 44.000 morts, selon l'OSDH.

kam-sbh/cco