NOUVELLES
24/12/2012 10:54 EST | Actualisé 23/02/2013 05:12 EST

Noël a une saveur particulière cette année à Bethléem

Deux événements marquent les célébrations de Noël cette année à Bethléem, en Cisjordanie. La ville, berceau du christianisme, a été inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO, et l'ONU a admis la Palestine comme État observateur en son sein.

Dans son message de Noël, le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, s'était félicité de l'accession de la Palestine au rang d'État observateur aux Nations unies, en la qualifiant de « pas vers la paix et la stabilisation de la région ».

« Israël pourra traiter d'égal à égal avec un autre État pour le bien de tous », a souligné Mgr Twal en jugeant « urgent » de trouver une « solution juste et pacifique à la question palestinienne ».

En juin dernier, les Palestiniens ont obtenu l'inscription de l'Église de la Nativité et de la route de pèlerinage de Bethléem au Patrimoine mondial de l'UNESCO, en dépit de l'opposition d'Israël et des États-Unis.

Mgr Fouad Twal a fait son entrée solennelle à Bethléem, comme le veut la tradition, en début d'après-midi, accompagné de troupes scoutes palestiniennes.

Comme chaque année, des milliers de touristes mêlés aux Palestiniens, chrétiens et musulmans, se bousculaient lundi devant la basilique de la Nativité, le lieu de la naissance du Christ, selon la tradition chrétienne.

« Mais c'est vraiment spécial cette année parce que les célébrations surviennent après que l'ONU nous a donné le statut d'État. Aux yeux du monde, nous sommes désormais un État », se réjouissait Taghreed Rishmawi, une étudiante de 20 ans originaire de Bethléem.

À partir de minuit (heure locale), le patriarche présidera la grand-messe de Noël en l'église catholique Sainte-Catherine, contiguë à la basilique de la Nativité, en présence du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, du premier ministre Salam Fayyad et du ministre jordanien des Affaires étrangères Nasser Jawdeh.

Pendant les fêtes de Noël, l'armée israélienne a assoupli les mesures de sécurité pour faciliter le passage aux barrages des pèlerins chrétiens, dont les Palestiniens des Territoires occupés et les Arabes israéliens.