NOUVELLES
23/12/2012 02:19 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

Plus de 700 Palestiniens tués depuis le début du conflit en Syrie (OLP)

Plus de 700 Palestiniens ont été tués en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011, a affirmé dimanche le responsable du dossier des réfugiés au sein de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Zakariya al-Agha.

"Nous avons demandé aux autorités syriennes de laisser (les Palestiniens) à l'écart" du conflit, a-t-il ajouté à l'ouverture de la conférence des responsables des réfugiés palestiniens dans les pays arabes, organisée au Caire.

Ces déclarations sont intervenues alors que plusieurs roquettes ont de nouveau été tirées dans la soirée sur le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, à Damas, théâtre de violences meurtrières ces derniers jours, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces tirs ont tué deux hommes, tandis qu'un troisième a été abattu par un tireur embusqué, a précisé l'ONG basée en Grande-Bretagne.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, a appelé dans un communiqué" "les autorités syriennes et toutes les parties combattantes à assumer leurs responsabilités concernant (...) la protection des réfugiés palestiniens et le fait qu'ils soient tenus en dehors (...) du conflit".

"Ce à quoi sont confrontés les réfugiés palestiniens, dans le camp de Yarmouk et dans les autres camps palestiniens, fait planer la menace d'une catastrophe grave", a-t-il ajouté.

Plus tôt, le ministre syrien de l'Information Omrane al-Zohbi avait assuré que l'armée n'était pas intervenue dans le camp de Yarmouk, appelant lui aussi à tenir les camps palestiniens à l'écart de la crise en Syrie, déchirée par plus de 21 mois de violences.

Des affrontements entre combattants pro et anti-régime avaient débuté le 16 décembre à Yarmouk, avant de cesser jeudi, malgré quelques tirs sporadiques. De brefs combats ont de nouveau eu lieu vendredi, selon l'OSDH.

D'après cette ONG, l'armée de l'air a mené plusieurs raids meurtriers sur le camp, où les rebelles avaient pris l'avantage sur les combattants pro-régime.

Quelque 100.000 des 150.000 habitants de Yarmouk avaient fui le camp, un grand nombre d'entre eux s'installant dans des jardins publics et des places à Damas, selon l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA). Environ 2.800 ont gagné le Liban voisin, selon la Sûreté générale libanaise.

hf/tg/cco