NOUVELLES
23/12/2012 10:51 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

Oman/municipales: taux de participation de 50%, 4 femmes élues

Le taux de participation aux premières élections municipales dans le sultanat d'Oman s'est élevé à plus de 50%, a annoncé dimanche le vice-ministre omanais de l'Intérieur, Khaled Al-Boussaïdi.

La participation au scrutin de samedi a atteint "50,3% parmi les inscrits électroniquement", au nombre de 447.551, a déclaré M. Boussaïdi, cité par l'agence officielle Ona. Les électeurs devaient être inscrits électroniquement pour pouvoir participer au scrutin.

Sur les 192 conseillers municipaux élus, figurent 4 des 46 femmes qui s'étaient portées candidates.

Au total, 1.475 candidats étaient en lice pour une soixantaine de conseils municipaux à travers le sultanat. Ils se présentaient comme indépendants, les partis politiques étant interdits à Oman.

Les autorités désigneront en dehors des personnalités élues un président et un adjoint pour chaque conseil municipal alors que le pays n'avait jusqu'ici qu'un seul conseil municipal à Mascate dont les membres étaient tous désignés.

Les conseils élus n'auront aucun pouvoir exécutif, selon un décret d'octobre 2011 du sultan Qabous qui a limité leur rôle à "présenter des recommandations concernant l'amélioration des services municipaux".

Mais l'élection de samedi est présentée par les autorités comme un pas sur la voie de l'élargissement de la participation populaire à la vie publique dans le sultanat, qui a connu en 2011 un mouvement de contestation dans le sillage du Printemps arabe.

Après cette contestation, le sultan Qabous avait ordonné une modification de la loi fondamentale pour donner au Conseil d'Oman (Parlement) "un pouvoir législatif et de contrôle" sur l'action du gouvernement.

Les Omanais ont élu à la mi-octobre 2011 les 84 membres de la chambre basse de ce Parlement, dont la chambre haute est formée de 57 membres désignés.

La contestation dans ce pays de près de trois millions d'habitants, dont 20% d'étrangers, ne concernait pas la personne du sultan qui concentre entre ses mains l'essentiel du pouvoir, mais le gouvernement accusé de corruption.

bur-lyn/tm/cco