NOUVELLES
23/12/2012 09:23 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

Des troupes du Puntland libèrent des otages des pirates somaliens

NAIROBI, Kenya - Des forces de la région semi-autonome somalienne du Puntland ont pris d'assaut un cargo détourné pour secourir les 22 otages qui y avaient été détenus pendant presque trois ans, ont annoncé les autorités dimanche.

Selon un communiqué du gouvernement de la région du Puntland, ses forces ont capturé le navire MV Iceberg 1, qui battait pavillon panaméen et était accosté près du village côtier de Gara'ad dans la région de Mudung.

L'équipage secouru comprenait huit Yéménites, cinq Indiens, deux Pakistanais, quatre Ghanéens, deux Soudanais et un Philippin, a indiqué à l'Associated Press la ministre des Ports et de l'Anti-piraterie de Puntland, Saeed Mohamed Rage.

Le navire avait été détourné le 29 mars 2010.

Près de 120 marins sont toujours détenus par des pirates somaliens, mais ce nombre est considérablement plus bas que lors du sommet de la crise de la piraterie il y a deux ans, lorsque plus de 600 otages avaient été détenus à la fois.

Les prises d'otages par des pirates somaliens ont considérablement diminué au cours des dernières années parce que plusieurs bateaux ont maintenant des gardes armés à bord et il existe une armada navale internationale qui mène des raids. En 2010, des pirates ont capturé 47 vaisseaux comparativement à cinq cette année. Ce déclin pourrait laisser croire que le fléau tire à sa fin, quoi que les experts disent qu'il est trop tôt pour déclarer victoire.

La grande majorité des otages étaient des marins à bord de navires marchands, mais des familles européennes ont aussi été kidnappées de leurs yachts en naviguant les eaux côtières dangereuses de l'Océan indien. Quatre Américains ont été tués en février 2011 lorsque les pirates qui avaient pris d'assaut leur navire ont commencé à tirer à cause de la proximité de navires de guerre des États-Unis.

Pour les pirates, les risques de se faire arrêter, tuer ou de se perdre en mer sont éclipsés par le potentiel de déboursements massifs. Les rançons pour les grands navires au cours des dernières années étaient d'en moyenne près de 5 millions $. La plus grande rançon jamais rapportée s'est élevée à 11 millions $, pour le pétrolier grec MV Irene SL, l'an dernier.

Les rançons sont souvent déposées par avion dans les navires détournés.

La Somalie est aux prises avec des conflits depuis le renversement du dictateur Siad Barre par des seigneurs de guerre en 1991.

PLUS:pc