NOUVELLES
23/12/2012 10:38 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

É.-U.: un des favoris pour être secrétaire à la Défense ne fait pas l'unanimité

WASHINGTON - Deux sénateurs américains ont prédit dimanche que l'ancien sénateur républicain Chuck Hagel pourrait faire face à une confirmation difficile si le président Barack Obama le choisit au poste de secrétaire de la Défense.

Le sénateur indépendant Joe Lieberman du Connecticut, qui prend sa retraite et n'aurait donc pas droit de vote, a cité ses positions «plutôt tièdes» sur l'Iran de M. Hagel comme une des raisons. En entrevue à l'émission «State of the Union» au réseau CNN, M. Lieberman a indiqué qu'il s'agirait d'un processus de confirmation «très difficile», ajoutant que M. Hagel devra répondre à des questions pointues.

À l'émission «Meet the Press» du réseau NBC, le sénateur Lindsey Graham, un républicain de la Caroline du Sud, a aussi affirmé qu'il s'agirait d'une nomination difficile et a estimé que M. Hagel n'obtiendrait pas, selon lui, beaucoup de votes venant des républicains.

M. Hagel, âgé de 66 ans, est considéré comme l'un des favoris pour remplacer Leon Panetta au Pentagone, mais plusieurs sénateurs républicains ont exprimé des réserves à propos d'une telle nomination. Leurs préoccupations sont largement centrées sur des commentaires que M. Hagel a déjà émis sur Israël et l'Iran.

Se fiant à d'anciennes déclarations, certains groupes considèrent M. Hagel n'appuyait pas assez Israël, un allié important au Moyen-Orient.

Des opposants à sa nomination soulignent aussi qu'il a voté contre à des sanctions contre l'Iran.

En août 2006, M. Hagel a été l'un des 12 sénateurs à refuser de signer une lettre pressant l'Union européenne de déclarer le Hezbollah une organisation terroriste. Et en 2007, il a envoyé une lettre à George W. Bush le pressant de négocier avec l'Iran.

M. Hagel, un vétéran médaillé de la guerre du Vietnam, a préféré la diplomatie à l'action militaire contre l'Iran et a critiqué des suggestions de frappes contre l'Iran, qu'elles proviennent de l'Iran ou d'Israël.

Deux autres candidats sont sérieusement considérés pour le poste: Michele Flournoy, ancienne chef des politiques du Pentagone, et Ashton Carter, secrétaire-adjoint à la Défense.