NOUVELLES
21/12/2012 02:52 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

USA: 25 ans de prison pour un mannequin ayant castré et tué son amant

Le mannequin de 23 ans qui avait été reconnu coupable d'avoir castré et tué son amant de 65 ans, un célèbre journaliste portugais, lors d'une dispute brutale dans leur chambre d'hôtel de Times Square, a été condamné à 25 ans de prison vendredi à New York.

Renato Seabra, originaire de Cantanhede au Portugal, avait frappé Carlos Castro, journaliste portugais spécialisé dans la mode, à coups d'ordinateur, l'avait défiguré avec un tire-bouchons avant de le castrer dans leur chambre de l'Intercontinental le 7 janvier 2011. Le couple était arrivé à New York le 29 décembre, pour y passer les fêtes de fin d'année.

Le jeune homme a indiqué devant le tribunal qu'il était désolé et a demandé pardon à la famille de la victime. "Quelque chose avait pris le pouvoir sur moi. Nous avions l'habitude de nous disputer, mais c'était toujours de façon taquine", a-t-il raconté dans une déclaration en portugais traduite par un interprète.

Lors du procès qui a duré deux mois, le procureur avait expliqué que Seabra avait tué Castro de rage qu'il veuille mettre fin à leur relation. Les deux hommes s'étaient rencontrés sur Facebook.

Les avocats de Seabra ont tenté de plaider, en vain, la folie. L'un d'eux a affirmé que son client souffrait de troubles bipolaires.

Vendredi devant la cour, la famille de Carlos Castro a estimé que Seabra aurait pu facilement se reprendre et s'arrêter après le premier coup porté à son amant. "Mais non, il a frappé sa tête à coups d'ordinateur, il a continué de le battre, et a fini avec une mutilation épouvantable comme on en a rarement vue, si ce n'est jamais", indique un communiqué de la famille lu à voix haute par le procureur.

"Carlos Castro est mort d'une mort lente et atroce, tandis que son tueur prenait pendant ce temps une douche et s'occupait de lui-même, avant d'abandonner le corps mutilé de son mentor, de son ami, de cette +figure du père+". A la suite de l'attaque, Seabra avait en effet laissé le corps nu de Castro agonisant sur le sol, avait pris une douche, volé environ 1.600 dollars dans le portefeuille de sa victime et était sorti après avoir accroché un signe "ne pas déranger" sur la porte de la chambre d'hôtel.

Seabra a été reconnu coupable d'assassinat le 30 novembre.

sms/sam/lor