NOUVELLES
21/12/2012 01:50 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

Tunisie: le FBI interroge un suspect tunisien en l'absence de son avocat

Des agents du FBI ont procédé vendredi à l'interrogatoire du Tunisien Ali Harzi pour son rôle présumé dans l'attaque meurtrière contre le consulat américain le 11 septembre en Libye, en l'absence d'avocats de la défense.

"Le juge tunisien a empêché la présence d'un avocat de la défense lors de l'interogatoire", a indiqué à l'AFP Me Abdelbasset Ben Mbarek, affirmant que son client était interrogé en tant que suspect et pas comme un témoin.

Selon lui, contrairement au juge tunisien, les enquêteurs américains ne s'étaient pas opposés à la présence de la défense.

L'enquête menée par quatre agents du FBI accompagnés d'un traducteur se poursuivait vendredi soir, selon l'avocat, qui a qualifié de "scandaleuse" son absence aux côtés de son client détenu.

Le suspect avait refusé le 4 décembre d'être interrogé par des agents du FBI et son avocat avait déjà dénoncé "une ingérence" dans les affaires de la justice tunisienne et de la Tunisie".

La police tunisienne coopère dans cette affaire avec les enquêteurs américains dans le cadre de la lutte contre le terrorisme international, selon le ministère tunisien de la Justice.

Ali Harzi, 26 ans, est soupçonné d'avoir participé à l'attaque meurtrière contre le consulat américain le 11 septembre à Benghazi, dans l'Est libyen, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres Américains.

Le jeune homme avait été arrêté puis expulsé le 11 octobre de Turquie vers la Tunisie où il a été entendu par un juge tunisien le 23 octobre en présence de ses avocats, avant d'être inculpé d'appartenance à un groupe terroriste.

ms-Bsh/feb