NOUVELLES
21/12/2012 09:23 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

Plus de 20 000 personnes seraient disparues au Mexique depuis six ans

MEXICO - Une organisation civile mexicaine a dévoilé vendredi une base de données qui contiendrait des informations sur plus de 20 000 personnes portées disparues au Mexique depuis six ans, une période pendant laquelle des milliers de personnes ont été tuées quand le gouvernement a déclaré la guerre aux cartels de narcotraficants.

Le groupe «Propuesta Civica» (Proposition civique) affirme que la base de données mise en ligne sur son site Internet renferme des détails sur 20 851 disparus. Ces détails auraient été colligés par le Bureau du procureur général sous l'administration du président Felipe Calderon, qui vient tout juste de prendre fin.

On retrouve parmi les disparus des policiers, des poseurs de briques, des mères de famille, des avocats, des étudiants, des hommes d'affaires et plus de 1200 enfant âgés de moins de 11 ans. Le groupe publie leur nom, leur âge et leur sexe, ainsi que la date et le lieu de leur disparition.

La base de données contient aussi les détails horribles de certains enlèvements, comme celui de cet homme d'affaires kidnappé sous les yeux de ses collègues.

La directrice de Proposition civique, Pilar Tavalera, a indiqué que la base de données n'est pas suffisamment détaillée pour permettre de déterminer combien de ces disparitions sont directement attribuables à la guerre aux narcotraficants.

Elle soulève aussi des problèmes qui permettent de croire que la base de données ne contient pas le nom de toutes les personnes disparues depuis six ans.

La Commission des droits de la personne du Mexique recense de son côté quelque 24 000 disparitions entre 2000 et la mi-2012. Elle ajoute que 16 000 corps retrouvés au fil des ans n'ont jamais été identifiés.

Le groupe new-yorkais de défense des droits de la personne Human Rights Watch a prévenu que ces données, si elles sont exactes, confèrent au Mexique la pire performance de l'histoire de l'Amérique latine. En comparaison, environ 1200 personnes sont disparues au Chili entre 1973 et 1990, sous la dictature du général Augusto Pinochet, et quelque 50 000 pendant 40 ans de violences internes en Colombie.