NOUVELLES
21/12/2012 10:18 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

Plus de 170 Palestiniens et six Israéliens tués lors de l'offensive sur Gaza

Les hostilités entre l'armée israélienne et les groupes palestiniens de Gaza, du 14 au 21 novembre, ont coûté la vie à 177 Palestiniens et six Israéliens, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi vendredi à partir de sources médicales.

Le précédent bilan, fin novembre, faisait état de 174 morts palestiniens, auxquels se sont ajoutées trois personnes ayant succombé à leurs blessures en décembre, selon les services d'urgences dans la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste du Hamas.

Le bilan ne s'est en revanche pas alourdi côté israélien: il reste à six morts -quatre civils, dont une femme, et deux soldats- et quelque 240 blessés, victimes de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza en huit jours d'affrontements.

Les morts palestiniens sont également pour la plupart des civils, dont au moins 37 enfants et 14 femmes, selon les listes établies par les services d'urgences et les organisations de défense des droits de l'Homme. Le Centre palestinien des droits de l'Homme (PCHR) à Gaza a indiqué avoir recensé au moins 105 civils tués. Quelque 1.300 Palestiniens ont également été blessés.

Dans son dernier rapport mensuel, publié avant le décès du dernier blessé palestinien cette semaine, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) fournit un bilan de "165 Palestiniens tués dans des attaques israéliennes, dont 99 considérés comme des civils, y compris 33 enfants et 13 femmes".

Le bilan inférieur de l'Ocha s'explique par le fait qu'il ne comptabilise que les Palestiniens tués par des attaques israéliennes, ne prenant pas en compte les cas litigieux et les victimes de tirs de leur propre camp.

Le nombre exact de combattants n'est pas connu, mais il se situait entre une trentaine et une soixantaine. Les Brigades Al-Qods, branche armée du Jihad islamique, ont annoncé la mort de 10 de leurs membres. Un dirigeant du Hamas, Mahmoud Zahar, faisait état le 24 novembre d'"un petit nombre de martyrs parmi les branches armées des mouvements de la résistance, une trentaine environ".

bur-sst/tg/cco