NOUVELLES
21/12/2012 06:25 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

L'ancien président et le secrétaire général du comité olympique indien accusés de fraudes

Un juge a ordonné vendredi au ministère public de poursuivre en justice l'ancien président du comité olympique indien ainsi que cinq responsables sportifs pour des fraudes concernant les Jeux du Commonwealth 2010 organisés à New Delhi.

Suresh Kalmadi, qui présidait le comité d'organisation, son adjoint Lalit Bhanot et quatre autres officiels sont soupçonnés d'avoir favorisé des sociétés lors de l'attribution de contrats relatifs à l'installation du système de chronométrage pour la compétition.

Le juge Talwant Singh a ordonné les poursuites pour des accusations de "fraudes, faux, conspiration criminelle et d'autres infractions à la loi sur la prévention de la corruption", a indiqué l'agence de presse Press Trust of India.

Deux entreprises indiennes et la société Swiss Timing, qui a décroché un contrat d'équipement, sont également accusées dans cette affaire, selon la Press Trust of India.

Dès 2010, la police avait soupçonné Swiss Timing d'avoir fourni des équipements "au tarif exorbitant de 1,07 milliard de roupies (environ 14,5 millions d'euros) causant ainsi d'énormes pertes au gouvernement" indien.

Le juge a indiqué que les accusés seraient officiellement inculpés le 10 janvier 2013.

Après plusieurs avertissements, le Comité olympique indien (IOA) avait été suspendu le 4 décembre par le Comité international olympique (CIO) en raison des différentes ingérences gouvernementales et de sa mauvaise gouvernance, jusqu'à ce que la situation soit modifiée.

Le 5 décembre, M. Bhanot, libéré sous caution après 11 mois de détention préventive pour une affaire de corruption et seul candidat en lice, avait été élu sécrétaire général de l'IOA, même si le CIO a jugé illégal tout le processus électoral.

kl/pmc/ami/nb/eb