NOUVELLES
21/12/2012 04:20 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

La Corée du Nord confirme l'arrestation d'un Américain

La Corée du Nord a confirmé vendredi l'arrestation d'un citoyen américain, comme l'avait révélé la presse sud-coréenne il y a dix jours, mais sans donner de détails sur les poursuites engagées contre cette personne peut-être d'origine coréenne au regard de son nom.

L'homme arrêté, Pae Jun-Ho, est entré en Corée du Nord le 3 novembre en tant que touriste et "a commis un délit" contre le pays, a indiqué l'agence officielle nord-coréenne KCNA. "Il a été arrêté par les institutions adéquates", a-t-elle ajouté.

"Lors de l'enquête, des preuves ont montré qu'il avait commis un crime contre la RPDC (République populaire démocratique du peuple de Corée, nom officiel de la Corée du Nord, ndlr). Il a admis son crime", a souligné l'agence. "Une action judiciaire a été entreprise contre Pae, en conformité avec la loi de procédure criminelle".

Comme elle l'avait déjà fait le 11 décembre, la diplomatie américaine a confirmé vendredi "qu'un citoyen américain était détenu en Corée du Nord", pays sous sanctions internationales et avec lequel les Etats-Unis n'entretiennent pas de relations diplomatiques.

Un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell, et l'agence KCNA ont précisé que l'Américain avait reçu la visite d'agents consulaires de l'ambassade de Suède, qui sert de protection consulaire aux ressortissants des Etats-Unis en Corée du Nord. M. Ventrell a refusé d'en dire plus, invoquant des "considérations d'ordre privé".

Le 11 décembre, le journal sud-coréen Kookmin Ilbo, cité par l'agence sud-coréenne Yonhap, avait révélé qu'un Américano-Coréen de 44 ans, responsable d'un tour-opérateur, était détenu depuis début novembre par Pyongyang. L'un des touristes avec qui il voyageait transportait un disque dur d'ordinateur contenant de prétendues données sensibles, ajoutait la presse.

Plusieurs Américains ont été arrêtés puis remis en liberté ces dernières années en Corée du Nord.

En 2010, l'ancien président américain Jimmy Carter avait obtenu la libération de Aijalon Mahli Gomes, condamné à huit ans de travaux forcés pour être entré sans autorisation en Corée du Nord depuis la Chine. Un an avant, Bill Clinton avait fait libérer deux journalistes américaines, Laura Ling et Euna Lee, arrêtées elles aussi pour avoir franchi la frontière depuis la Chine.

lim/gh/fmp/nr/sam