NOUVELLES
21/12/2012 06:41 EST | Actualisé 20/02/2013 05:12 EST

Cogeco poursuit son expansion dans les services informatiques en achetant Peer 1

MONTRÉAL - L'action de Cogeco Câble (TSX:CCA) a reculé de 5,4 pour cent vendredi après l'annonce de l'acquisition d'un fournisseur de services Internet de Vancouver, Peer 1 Network (TSX:PIX), pour environ 635 millions $.

Le titre a clôturé à 38,78 $, en baisse de 2,19 $, à la Bourse de Toronto.

Depuis l'incursion ratée de Cogeco au Portugal, entre 2006 et 2012, les investisseurs sont très méfiants à l'égard des acquisitions de l'entreprise montréalaise. Cet été, l'action de Cogeco Câble a chuté de 15 pour cent après l'annonce de l'achat d'un câblodistributeur américain, Atlantic Broadband, au coût de 1,36 milliard $ US.

Selon Cogeco, Peer 1 est l'un des plus importants fournisseurs d'infrastructure Internet au monde. La compagnie se spécialise dans l'«hébergement géré», les serveurs dédiés, les services d'informatique «en nuage» et la colocalisation.

Au cours de son dernier exercice financier, qui a pris fin le 30 juin, Peer 1 a enregistré un chiffre d'affaires de 133,6 millions $ et une perte nette de 5,7 millions $. Ses revenus proviennent à 59 pour cent des États-Unis, à 25 pour cent du Canada et à 16 pour cent d'Europe.

L'intégration les activités de Peer 1 permettra à la filiale Cogeco Services Réseaux de l'entreprise montréalaise d'ajouter 19 centres de données aux six qu'elle possède déjà ainsi que 21 «points de présence» en Amérique du Nord et en Europe. Les revenus annuels de la filiale passeront d'un peu plus de 100 millions $ à 270 millions $.

«Les services des centres de données constituent un objectif stratégique principal pour Cogeco Câble et cette acquisition est conforme à l'engagement de l'entreprise d’accroître sa présence dans le secteur», a déclaré le grand patron de Cogeco, Louis Audet, dans un communiqué.

«Il existe d’importantes occasions de croissance, notamment en améliorant la pénétration par Cogeco Câble du segment des petites et moyennes entreprises, en augmentant ses parts de marché dans les services aux entreprises et en tirant le maximum du potentiel des services actuellement offerts», a ajouté M. Audet.

Offre amicale

Cogeco offre de verser 3,85 $ par action aux actionnaires de Peer 1. Cela représente une prime de 32,1 pour cent par rapport au cours moyen de l'action de Peer 1 durant les 20 derniers jours ouvrables.

En incluant la dette de Peer 1, qui s'élève à environ 110 millions $, la transaction est évaluée à 635 millions $. L'achat sera financé au moyen des liquidités de Cogeco et d'une facilité de crédit de 625 millions $ consentie par la Banque Nationale (TSX:NA).

Le conseil d'administration de Peer 1 et les détenteurs de 62 pour cent des actions de l'entreprise appuient l'offre d'achat. Si la transaction devait échouer, Cogeco recevrait une indemnité de rupture de 18,5 millions $.

Dans une note, Maher Yaghi, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, a indiqué que le prix offert par Cogeco représente environ 12,6 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de Peer 1, ce qui est comparable à d'autres transactions semblables impliquant des entreprises générant une croissance annuelle de 15 pour cent de leurs revenus.

Le ratio dette/BAIIA de Cogeco, qui est passé de 2,7 à 3,1 après l'achat d'Atlantic Broadband, s'établira désormais à 3,8. L'entreprise se donne comme objectif de le ramener à 3,5 d'ici 12 mois.

«Même si (la transaction) ne place pas la compagnie dans une situation financière excessivement difficile, elle rend moins probable une accélération des hausses du dividende à court et à moyen terme, parce que la priorité sera probablement d'abaisser le niveau d'endettement», a écrit M. Yaghi.

Selon lui, l'acquisition ne permettra pas à Cogeco d'accroître significativement ses profits. L'intérêt de la transaction est ailleurs.

«Nous voyons la logique stratégique de l'acquisition de Peer 1, qui donnera à Cogeco Câble une plate-forme additionnelle pour croître dans le lucratif marché des PME», a estimé l'analyste, qui entrevoit en outre des possibilités de synergies à plus long terme.

Maintenant que la division informatique de Cogeco prend de plus en plus d'importance, Maher Yaghi se demande si le moment n'est pas venu de la séparer des activités principales de l'entreprise, la câblodistribution. À l'heure actuelle, la câblodistribution et Cogeco Services Réseaux font partie de Cogeco Câble alors que les stations de radio du groupe sont incluses avec les autres activités dans les états financiers de la société mère, Cogeco (TSX:CGO).