NOUVELLES
20/12/2012 10:13 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Wall Street baisse, inquiète de l'absence d'avancée dans le débat budgétaire

La Bourse de New York évoluait en légère baisse peu après l'ouverture jeudi, les investisseurs faisant preuve de nervosité alors que les négociations sur le budget des Etats-Unis semblaient piétiner: le Dow Jones lâchait 0,06% et le Nasdaq 0,16%.

Vers 14h50 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 7,85 points à 13.244,12 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 4,99 points à 3.039,37 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 perdait 0,03% (-0,46 point) à 1.435,35 points.

Wall Street avait terminé dans le rouge mercredi, les investisseurs doutant déjà de la possibilité pour les démocrates et les républicains de trouver rapidement un compromis à Washington: le Dow Jones avait lâché 0,74% à 13.251,97 points et le Nasdaq 0,33% à 3.044,36 points.

"Le spectacle washingtonien autour des négociations sur le +mur budgétaire+ a pris un nouveau tournant hier, le président Barack Obama et le président de la chambre des Représentants John Boehner étant de nouveau à couteaux tirés sur les détails" d'un accord, a souligné Fred Dickson, de DA Davidson.

Les deux responsables politiques avaient assoupli leurs positions sur la taxation des ménages les plus aisés ces derniers jours, accréditant l'hypothèse d'un compromis avant la fin de l'année.

Mais les deux camps semblaient de nouveau crispés mercredi soir, M. Obama assurant avoir "fait au moins la moitié du chemin pour satisfaire les inquiétudes des républicains" et M. Boehner disant "espérer que le président montrera un peu de sérieux pour travailler avec nous sur une approche équilibrée".

Les républicains doivent se prononcer dans la journée à la chambre des Représentants sur leur "plan B" d'augmentation des impôts sur les seuls millionnaires, alors même que le président souhaite que le seuil d'augmentation des impôts soit de 400.000 dollars pour un couple marié. La Maison Blanche a déjà indiqué qu'elle mettrait son veto.

"La longueur des négociations" plus que le contenu même du compromis qui pourrait être trouvé est "dommageable" car "de nombreux investisseurs aimeraient savoir quelles seront exactement les règles d'imposition en 2013", a remarqué M. Dickson.

Les courtiers digéraient par ailleurs la diffusion d'indicateurs mitigés sur l'économie des Etats-Unis.

Les autorités américaines ont en effet fait état d'un rebond des nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis du 9 au 15 décembre mais aussi d'une forte progression du PIB du troisième trimestre.

Le marché obligataire progressait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,777% contre 1,800% mercredi et celui à 30 ans à 2,959% contre 2,982% la veille.

jum/soe/rap