NOUVELLES
20/12/2012 09:54 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Quatre personnes meurent dans une attaque durant une manifestation à Benghazi

TRIPOLI, Libye - Quatre personnes ont été tuées jeudi lorsqu'une manifestation à l'extérieur d'une base des forces de sécurité située dans l'est de la Libye a tourné à la violence, moins d'une semaine après que des présumés militants islamistes eurent tué quatre policiers au même endroit.

Un représentant du service de police de Benghazi a déclaré que des manifestants et des présumés islamistes s'étaient réunis à l'extérieur de la base afin de demander la libération d'un homme détenu dans le dossier de l'assassinat le mois dernier du dirigeant de l'une des agences de sécurité de la ville, le colonel en chef de la sécurité nationale Farag el-Dersi.

Durant la manifestation, certains personnes dans la foule ont ouvert le feu en direction de la base et en sont venus aux coups avec les policiers, a précisé le responsable de la sécurité. Les assaillants ont ensuite lancé un missile sur un véhicule militaire qui avait été appelé sur les lieux. Ce responsable de la sécurité a requis l'anonymat conformément à la réglementation.

Il a précisé que deux civils, un présumé militant islamiste et un policier avaient été tués. Neuf personnes ont aussi été blessées, dont le chef d'un groupe armé qui coopère avec les militaires.

À Benghazi, où la révolte qui a mené à la chute du dictateur Mouammar Kadhafi est née l'an dernier, la sécurité est devenue beaucoup plus précaire au cours de la dernière année. Une attaque en septembre contre le consulat des États-Unis à Benghazi a tué l'ambassadeur Chris Stevens et trois autres ressortissants américains.

L'attaque de jeudi s'est produite quatre jours seulement après que quatre policiers eurent été abattus à la suite d'une attaque des militants islamistes contre la même base des forces de sécurité. Les assaillants, qui sont inconnus, l'auraient attaquée afin d'accéder à un bâtiment situé à proximité où serait détenu le suspect dans l'affaire du meurtre de M. el-Dersi.