NOUVELLES
20/12/2012 12:35 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Nouvel imbroglio autour d'une transaction financière du CUSM

Un texte de Anne  Panasuk

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ne respecte pas l'entente de paiement convenue avec la firme Pomerleau pour des travaux effectués au 1750, avenue Cedar, à Montréal.

Le constructeur vient de publier un préavis d'exercice d'un recours hypothécaire pour un montant de 8,33 millions de dollars sur le terrain et l'immeuble en construction, afin d'être payé pour les travaux effectués. Le CUSM a 60 jours pour payer les montants dus, autrement le constructeur pourrait forcer la vente de l'immeuble.

Pourtant le centre hospitalier et le constructeur s'étaient entendus pour un paiement de 6,9 millions de dollars d'ici la fin de l'année, une somme inférieure à ce qui est réclamé. Le détail de cette entente apparaît d'ailleurs dans le rapport du comité d'experts sur la gestion financière du CUSM déposé par le ministère de la Santé et des Services sociaux plus tôt cette semaine.

Mais l'avocat de Pomerleau, Me Harold Rouselle, explique que le CUSM n'ayant pas donné suite à l'entente, le constructeur déposait cette requête afin d'être payé pour la totalité des travaux effectués.

Le 1750, avenue Cedar appartient à l'homme d'affaires Vincent Chiarra, mais le CUSM avait un bail emphytéotique sur le site. Mercredi, le ministre de la Santé, Réjean Hébert a demandé à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) d'enquêter sur les transactions immobilières effectuées par le CUSM, notamment celle du 1750, avenue Cedar.