NOUVELLES
20/12/2012 07:06 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Ligue des champions - 8es de finale : déclarations

Fernando Giner Gill (conseiller et ancien joueur de Valence, qui rencontrera le Paris SG): "Nous avons hérité d'un adversaire difficile. Il y a une double motivation dans ce match. La première est que nous jouons contre une équipe très difficile qui fait une bonne compétition, la deuxième est que Leonardo jouait à Valence, précisément à la même époque que moi dans les années 90. Avant le tirage, on discutait, et nous nous disions justement qu'auparavant on jouait ensemble et que maintenant entre toutes ces équipes, nous allions peut-être tomber l'un contre l'autre. Alors quand est sortie la boule, nous nous sommes regardés et on s'est dit que vingt ans après avoir joué ensemble sur le terrain, on allait maintenant jouer l'un contre l'autre".

Pavel Nedved (CZE/membre du conseil d'administration de la Juventus Turin, qui rencontrera le Celtic Glasgow): "Le Celtic est la seule équipe à avoir battu le Barça cette saison. Nous avons certes de bonnes chances de passer le tour, mais nous devrons faire preuve de la concentration maximale, surtout à Glasgow où nous attend une ambiance très chaude."

Jürgen Klopp (entraîneur de Dortmund, qui rencontrera Shakhtar Donetsk): "Sportivement, c'est un énorme défi. Une confrontation entre les deux grosses surprises de la saison de Ligue des champions. Donetsk joue un excellent football. On peut les taper, cela ne fait pas de doute. Mais pour cela, il faudra que notre jeu fonctionne parfaitement".

Kevin Grosskreutz (milieu de terrain de Dortmund, qui rencontrera Shakhtar Donetsk): "On est prévenu. Ce n'est pas un adversaire facile. Ils sont vraiment bons défensivement et ont quelques joueurs très forts en attaque. Et le climat ne jouera pas en notre faveur. Mais si on pratique le même jeu que lors des derniers matches de Ligue des champions, on peut franchir le tour. Donetsk ne doit pas vraiment se réjouir d'être tombé contre nous."

Umberto Gandini (directeur administratif de l'AC Milan, qui rencontrera le FC Barcelone): "Nous sommes victimes du destin. Nous avons déjà affronté les Catalans deux fois la saison dernière (en poules et en quarts de finale, ndlr), nous savons tout sur eux."

bur/chc