NOUVELLES
20/12/2012 03:12 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Le pétrole finit en légère hausse à New York, jaugeant le débat budgétaire

Le pétrole a terminé la séance en légère hausse jeudi à New York, dans un marché attendant toujours que les négociations sur le budget américain débouchent sur une avancée concrète permettant d'éviter une cure d'austérité forcée qui serait néfaste à la demande énergétique.

Le baril de référence pour livraison en février, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a gagné 15 cents à 90,13 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le marché continue de jauger l'avancée des négociations sur le +mur budgétaire+" et reste pour cette raison dans une fourchette étroite et dans un volume d'échanges limité, a remarqué l'analyste indépendant Andy Lipow.

Le président démocrate Barack Obama et le chef républicain de la Chambre des représentants John Boehner ont assoupli leurs positions sur l'imposition des ménages les plus aisés, accréditant l'hypothèse d'un compromis avant la fin de l'année. Mais les deux camps semblaient de nouveau crispés jeudi.

Les républicains persistaient notamment à vouloir déposer à la Chambre des représentants un texte de loi reprenant leur "plan B" d'augmentation des impôts sur les seuls millionnaires, alors que le président souhaite que ce seuil de hausse des impôts soit fixé à 400.000 dollars de revenus pour un couple marié.

Ce vote est purement symbolique puisqu'il n'a aucune chance de passer au Sénat, à majorité démocrate, et que la Maison blanche a déjà indiqué qu'elle y mettrait son veto. M. Boehner a toutefois fait savoir qu'il conservait "l'espoir" de parvenir à un compromis.

Faute d'accord des responsables politiques sur le budget américain, une cure d'austérité automatique entrera en vigueur début 2013, au risque de faire tomber en récession une économie encore fragile et de plomber la demande énergétique du pays.

Les cours avaient débuté la séance en baisse, l'annonce d'un rebond des nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis du 9 au 15 décembre ayant été "particulièrement mal reçue par le marché", selon John Kilduff d'Again Capital.

Mais d'autres indicateurs ont par la suite participé à un regain d'optimisme des investisseurs. Une nouvelle estimation officielle du PIB américain du troisième trimestre a notamment fait état d'une forte accélération de la croissance.

jum/soe/sam