NOUVELLES
20/12/2012 12:45 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Iran: l'ONU dénonce des violations "récurrentes" des droits de l'homme

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi une résolution condamnant "des violations graves et récurrentes des droits de l'homme" en Iran.

Le texte a été adopté par 86 voix pour, 32 contre (dont Inde, Liban, Soudan, Syrie, Corée du Nord) et 65 abstentions.

La résolution dénonce la pratique de la torture, "l'application de la peine de mort en l'absence de garanties internationalement reconnues" et l'augmentation du nombre des exécutions capitales, déplorant notamment que Téhéran n'ait pas "renoncé à exécuter des mineurs".

Le rapporteur de l'ONU sur les droits de l'homme en Iran, Ahmed Shaheed, a fait état dans son dernier rapport de 670 exécutions en Iran en 2011, soit le taux le plus élevé d'application de la peine capitale par rapport à la population.

La résolution affirme que les défenseurs des droits de l'homme en Iran, dont des avocats et des journalistes, sont "pris pour cibles de manière croissante et systématique" et dénonce une discrimination envers les femmes et les membres de minorités ethniques ou religieuses.

L'Assemblée demande à Téhéran de "libérer immédiatement et sans condition tous ceux qui ont été arrêtés et détenus de manière arbitraire pour avoir simplement exercé leur droit de se rassembler pacifiquement".

L'ambassadeur iranien à l'ONU, Mohammed Khazaee, a dénoncé lors du débat une "exploitation abusive de l'Assemblée pour des motifs politiques" et a affirmé que la résolution "ne reflète pas la situation sur le terrain" en Iran.

Il a critiqué le Canada et les Etats-Unis, deux des promoteurs du texte, pour leur "politique de dénigrement de l'Iran", affirmant que Téhéran "ne cèderait pas aux pressions".

avz/rap