NOUVELLES
20/12/2012 07:46 EST | Actualisé 19/02/2013 05:12 EST

Important retour de Palestiniens au camp Yarmouk à Damas malgré les tirs

Des milliers de Palestiniens sont revenus jeudi dans le camp de réfugiés de Yarmouk à Damas en dépit de tirs sporadiques, ont affirmé à l'AFP des habitants.

"Depuis 06H00 (04H00 GMT), des milliers de Palestiniens ont passé à pied les points de contrôle de l'armée à l'entrée du camp pour s'y réinstaller plutôt que dormir dehors, dans le froid et sous la pluie", a affirmé un membre d'une organisation d'aide aux Palestiniens.

"Les soldats ne laissent pas entrer les voitures et disent (aux habitants) qu'ils pénètrent à leurs risques et périls", a-t-il ajouté, alors que des tirs sporadiques étaient entendus dans le camp qui fut le théâtre de violents combats entre rebelles et soldats.

Beaucoup entonnaient des chansons palestiniennes et scandaient "Nous rentrons au camp Yarmouk", a affirmé un habitant. L'agence officielle Sana a fait état de "manifestations demandant le départ des groupes terroristes", qui dans LA terminologie du régime signifie les rebelles.

Selon un autre Palestinien, "les milliers de combattants de l'Armée syrienne libre (ASL, rébellion) ont pratiquement disparu. Il y en a deux dans chaque ruelle qui boivent du thé et fument leur narguilé".

Mais, la "sanctuarisation" du camp est loin d'être réglée. Un combattant de l'ASL a affirmé que les rebelles "ne partiront pas avant que l'armée du régime en fasse de même".

Des informations contradictoires circulaient sur un accord. Un dirigeant du mouvement palestinien Fatah, Azzam al-Ahmad, a affirmé à la radio "Voix de la Palestine" qu'un "accord préliminaire était intervenu la nuit entre toutes les parties à Damas pour le retrait des combattants de l'opposition et du régime".

Mais Anwar Raja, porte-parole du Front Populaire de Libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG, pro-régime) a démenti un tel accord. "Il y a seulement eu une décision populaire des Palestiniens de rentrer car ils préfèrent mourir dans le camp plutôt que de connaître un nouveau déplacement ou un nouvel exil".

Des négociations avaient commencé mercredi pour faire sortir les rebelles du camp et le tenir à l'écart de la guerre en Syrie, après de violents combats entre pro et anti-régime, selon une association de secours palestinienne.

Il s'agit de faire en sorte que les combattants de l'ASL tout comme les miliciens palestiniens pro-régime quittent le camp et que la sécurité soit confiée à des personnalités palestiniennes ne soutenant ni le régime ni la rébellion, selon cette source ainsi que des habitants et des militants.

"Aucune des parties en conflit ne devrait pénétrer" dans le camp, a dit un négociateur.

Quelque 100.000 des 150.000 habitants de Yarmouk ont fui le camp et un grand nombre d'entre eux se sont installés dans des jardins publics et des places à Damas, a indiqué mercredi l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA). Environ 2.800 ont gagné le Liban voisin, selon la Sûreté générale libanaise.

Dans les camps de réfugiés d'Al-Baddawi et de Nahr el-Bared dans le nord du Liban, des dizaines de refugiés palestiniens, originaires de Yarmouk, ont manifesté devant les bureaux de l'UNRWA pour demander des abris et de la nourriture, a constaté un journaliste de l'AFP.

bur/sk/tp