NOUVELLES
19/12/2012 01:38 EST | Actualisé 18/02/2013 05:12 EST

Plainte contre un imam tunisien après un prêche antisémite à la télévision

L'Association tunisienne de soutien aux minorités a annoncé mercredi avoir porté plainte pour incitation à la haine contre un imam tunisien dont un prêche appelant à un génocide divin des juifs avait été diffusé à la télévision en direct le 30 novembre.

"Nous avons déposé une plainte auprès du tribunal de première instance de Ben Arous au nom de l'association contre l'imam de la mosquée de Radès, Cheikh Ahmed S'hili, pour incitation à la haine", a indiqué à l'AFP l'avocat de l'association, Kaïs Baltagi.

La plainte a été déposée en vertu de l'article 52 du décret 115 sur la liberté de la presse qui prévoit une peine de un à trois ans de prison pour "appel à la haine entre les races, les religions ou les populations" par le biais de médias.

La chaîne Hannibal TV qui a diffusé le prêche n'est pas visée, étant donné que la retransmission était en direct et qu'elle ne pouvait savoir quel serait le contenu du discours, a expliqué Me Baltagi.

L'imam, dans son prêche lié aux hostilités entre Israël et les groupes palestiniens à Gaza en novembre, a appelé Dieu à éliminer les Juifs.

"Oh Allah (Dieu), tu sais ce que ces maudits juifs ont fait, la corruption qu'ils ont semée sur Terre, leurs efforts pour détourner les gens de ton chemin, l'humiliation qu'ils causent à tes serviteurs", a-t-il lancé. "Frappe les avec un coup tel pour qu'il n'en reste plus un seul. Allah, rend les ventres de leurs femmes stériles et assèche les entrailles de leurs hommes".

La communauté juive en Tunisie s'est réduite à 1.500 âmes, contre 100.000 en 1956 avant l'indépendance.

Début novembre, des représentants de la communauté juive ont demandé une protection de l'armée après l'arrestation de quatre Libyens et d'un policier tunisien préparant l'enlèvement d'un jeune juif tunisien pour obtenir une rançon. Des insultes antisémites avaient été scandées lors de manifestations en 2011-2012 par des islamistes radicaux dans le pays.

ms-alf/tp