NOUVELLES
19/12/2012 04:55 EST | Actualisé 18/02/2013 05:12 EST

L'ONU suspend la vaccination antipolio au Pakistan après le meurtre d'employés

PESHAWAR, Pakistan - Les Nations unies ont suspendu mercredi leur campagne de vaccination contre la polio au Pakistan, après que huit personnes impliquées dans la campagne eurent été tuées au cours des derniers jours, a annoncé une responsable.

La suspension de la campagne de vaccination représente un important revers dans la lutte contre la poliomyélite au Pakistan, l'un des trois seuls pays au monde où cette maladie handicapante est toujours présente.

Mercredi, des hommes armés ont abattu une femme et son chauffeur qui travaillaient à la campagne de vaccination dans le nord-ouest du Pakistan. Au total, cinq attaques contre le personnel de vaccination ont été recensées mercredi. Un employé de sexe masculin a été grièvement blessé dans l'une des fusillades.

Mardi, cinq femmes qui travaillaient à ce programme, dont trois adolescentes, ont été tuées à Karachi et dans un village près de Peshawar. Deux hommes qui les accompagnaient ont été grièvement blessés. Un employé a également été tué par balle lundi à Karachi.

Personne n'a revendiqué la responsabilité de ces attaques, mais certains militants islamistes estiment que le programme de vaccination est une couverture pour des activités d'espionnage.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné le meurtre des employés de vaccination, les qualifiant de «cruels, insensés et inexcusables». Il a déclaré que les huit employés tués faisaient partie des milliers de personnes au Pakistan «qui travaillent de manière désintéressée pour atteindre l'objectif historique d'éradiquer la polio».

Une porte-parole de l'UNICEF, Sarah Crowe, a déclaré que le programme de vaccination avait été suspendu partout au Pakistan en attendant que le gouvernement pakistanais mène son enquête.

«Il s'agit sans aucun doute d'un revers, mais la campagne pour éradiquer la polio doit et va continuer», a-t-elle dit.

Certains gouvernements provinciaux du Pakistan continuent néanmoins d'immuniser les enfants malgré la suspension de la campagne de l'ONU.

Les efforts de prévention ont permis de réduire d'environ 70 pour cent les cas de polio au Pakistan cette année par rapport à 2011, mais les violences contre les employés de la campagne risque de renverser ces progrès.

La responsabilité des attaques a été attribué aux talibans pakistanais à cause de leur opposition virulente aux campagnes de vaccination, mais le porte-parole du groupe, Ahsanullah Ahsan, a nié toute responsabilité lors d'un appel à l'Associated Press. La police a indiqué avoir tué deux suspects extrémistes et avoir arrêté des dizaines d'autres personnes en lien avec les attaques, mais elle n'a pas dit si les suspects sont des talibans.

Les extrémistes accusent les travailleurs de la campagne d'être des espions pour le compte des États-Unis et affirment que le vaccin rend les enfants stériles. Des chefs talibans de la région tribale du nord-ouest du Pakistan ont aussi affirmé que la campagne ne pourrait se dérouler tant que les États-Unis ne cesseraient pas d'envoyer des drones dans le pays.

L'opposition des insurgés à la campagne de vaccination a pris de l'ampleur l'an dernier, quand il a été révélé qu'un médecin pakistanais avait mené une fausse campagne de vaccination pour aider la CIA à retracer et à tuer Oussama Ben Laden, qui se trouvait à Abbottabad, dans le nord-ouest du Pakistan.

Les attaques de cette semaine contre les employés de la campagne sont sans précédent. Le gouvernement pakistanais avait lancé lundi une campagne de vaccination orale de trois jours dans les régions les plus à risque du pays, dans le cadre d'un effort pour immuniser tous les enfants âgés de moins de cinq ans.

Des dizaines d'employés du programme de vaccination et de militants des droits de la personne ont manifesté mercredi dans la capitale, Islamabad, dénonçant les meurtres et réclamant le renforcement des mesures de sécurité entourant la campagne.