NOUVELLES
19/12/2012 09:26 EST | Actualisé 18/02/2013 05:12 EST

Le pétrole soutenu à New York par la baisse attendue des stocks de brut US

Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mercredi à New York, portés par l'espoir de la conclusion rapide d'un accord sur le budget aux Etats-Unis et par les prévisions d'une baisse des réserves de brut dans le pays, premier consommateur mondial d'or noir.

Vers 14H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier, dont c'est le dernier jour de cotation, avançait de 30 cents à 88,70 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les courtiers "continuent de scruter toute nouvelle en provenance de Washington sur le mur budgétaire", a remarqué Bart Melek, de TD Securities, notant que les développements observés ces derniers jours dans les pourparlers sur le budget américain avaient "fortement aidé les cours de l'énergie".

Le président démocrate Barack Obama et le chef des républicains John Boehner ont de fait assoupli leurs positions sur la taxation des ménages les plus aisés, accréditant l'hypothèse d'un compromis avant la fin de l'année.

Cela permettrait d'éviter le "mur budgétaire", cette cure d'austérité forcée néfaste pour une économie américaine encore chancelante et pour la demande énergétique du pays.

Les prix du brut étaient aussi soutenus par l'anticipation d'une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis dans le rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE) attendu mercredi.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les autorités américaines devraient annoncer une baisse de 1,3 million de barils des stocks de brut la semaine dernière.

En revanche, les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, sont attendus en hausse de 900.000 barils et les stocks d'essence en progression de 1,5 million de barils.

Mardi soir, la fédération professionnelle API a déjà fait état d'une chute de 4,1 millions de barils sur la semaine achevée le 14 décembre, soit leur plus forte baisse hebdomadaire depuis août.

La publication de données "meilleures que prévu" sur la confiance des entrepreneurs allemands permet aussi au marché de démarrer sur une note "d'optimisme", selon Matt Smith, de Schneider Electric.

La hausse des cours étaient toutefois limitée par l'annonce du recul des mises en chantier de logements aux Etats-Unis en novembre.

Selon des chiffres publiés mercredi à Washington par le département du Commerce, il y a eu 861.000 départs de chantiers en rythme annualisé dans le pays, alors que la prévision médiane des analystes donnait l'indicateur du ministère à 875.000.

"Ces chiffres ne sont pas catastrophiques mais les courtiers vont s'inquiéter d'un possible ralentissement de la reprise du marché de l'immobilier, qui ne serait pas de bon augure pour la demande énergétique", a remarqué M. Melek.

jum/jt/jca