NOUVELLES
19/12/2012 04:56 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Le CHUM dévoile une sculpture monumentale à l'entrée de l'Hôtel-Dieu

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal a procédé au dévoilement d'une sculpture monumentale qui est désormais exposée à l'entrée de l'Hôtel-Dieu. La sculpture, réalisée par le jeune artiste Mathieu Isabelle, est un don des Cinémas Guzzo au CHUM. Pour le donateur Vincent Guzzo, l'oeuvre est un symbole de foi chrétienne.

L'oeuvre dévoilée est moderne, en acier inoxydable poli, et mesure 3 mètres de hauteur. Intitulée L'imploreur, elle représente un homme à demi-agenouillé qui est penché vers le sol, dans une position d'humilité devant son créateur, comme s'il implorait Dieu. L'artiste qui l'a faite, Mathieu Isabelle, dit que l'oeuvre symbolise l'être humain dans sa quête spirituelle, mais sans s'attacher à une religion en particulier.

Mathieu Isabelle est un jeune artiste autodidacte de Saint-Jérôme qui a d'abord travaillé la soudure. Il a ensuite transformé ce métier technique en une forme d'expression artistique.

Un message religieux du donateur Guzzo

L'oeuvre L'imploreur a été achetée par Vincent Guzzo, vice-président directeur des Cinémas Guzzo, d'abord dans le but d'en faire don au site Ground Zero à New York, en hommage aux victimes de l'attentat du 11 septembre 2001. Mais cette démarche n'a pas fonctionné. Vincent Guzzo a donc eu l'idée de l'offrir au CHUM, en raison de sa mission hospitalière de dévouement à autrui. Pour Vincent Guzzo, en plus d'embellir le CHUM et d'aider un artiste, il s'agit d'une démarche religieuse. Car Vincent Guzzo est aussi un membre actif de l'Ordre de Malte, dont la mission, dit-il, est de faire avancer la foi chrétienne.

Le directeur général du CHUM, Christian Paire, a pour sa part atténué l'interprétation religieuse pour voir plutôt dans cette oeuvre un regard vers le spirituel. Ce que je ressens en voyant cette oeuvre, a-t-il dit, c'est ce regard tourné vers ce qui nous dépasse, vers le non-matériel, vers l'essentiel. Selon lui, cette qualité spirituelle de l'oeuvre ainsi que sa taille imposante sont de nature à inspirer les patients et le personnel du centre hospitalier, et il s'est réjoui du don des Cinémas Guzzo.

La valeur de la sculpture n'a pas été révélée.

Politique culturelle du CHUM

Le directeur général du CHUM est d'ailleurs un grand partisan de l'art public. Il a déjà déterminé une vingtaine de lieux dans le futur CHUM, actuellement en construction, où l'on pourra exposer des oeuvres. Celles-ci seront achetées grâce à la politique dite du 1 %, en vertu de laquelle 1 % du coût de construction d'un nouvel édifice public est consacré à l'achat d'oeuvres d'art. Dans le cas du CHUM, ce sera un peu moins de 1 %, dit Christian Paire, mais il prévoit néanmoins pouvoir doter le futur centre hospitalier d'une vingtaine d'oeuvres.

D'après un reportage de Caroline Jarry