NOUVELLES
19/12/2012 04:33 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Hollande en Algérie fait la Une de la presse, de nombreuses attentes

"A bras ouverts", "Les leçons du passé, attentes pour l'avenir", "Un autre style ou un autre cap", pouvait-on lire mercredi en Une de la presse algérienne qui attendait avec impatience l'arrivée du président français François Hollande.

Le quotidien Le Soir d'Algérie donne le ton "des deux côtés" de la Méditerranée: "la visite de François Hollande doit se passer loin de toute polémique", affirme le journal, tout en s'interrogeant sur d'éventuelles "grandes annonces" dans le dossier de la coopération franco-algérienne.

El-Watan, le plus gros tirage francophone d'Algérie (140.000 exemplaires), consacre quatre pages à la visite et met l'accent sur une déclaration du Premier ministre Abdelmalek Sellal à la chaîne France 3, qui attend un "nouveau chapitre, une phase historique" dans ces relations.

Dans un éditorial, le journal appelle à la reconnaissance du passé colonial pour apaiser "enfin, les mémoires encore douloureuses", tandis que la caricature quotidienne de son dessinateur Le Hic, évoque une "visite chargée de symboles": on y voit le président français marcher sur un tapis rouge, les bagages regorgeant de contrats économiques.

Le journal gouvernemental El-Moudjahid évoque une visite "sous le signe du réalisme" et insiste sur une déclaration de M. Sellal évoquant "une relation résolument tournée vers l'avenir". "Un immense espoir est fondé sur cette visite", note un rare éditorial du quotidien.

Le Quotidien d'Oran, qui consacre neuf pages aux liens franco-algériens, veut "en finir avec la repentance", soulignant que "la plupart des Algériens regardent l'avenir".

L'Expression de son côté ne peut s'empêcher d'évoquer ce qui caractérise les liens des deux nations: "haine et passion", en soulignant que les deux peuples "continuent à entretenir un rapport névrotique" avec le passé colonial. Il n'empêche, l'Algérie, clame le quotidien en Une accueille François Hollande "aujourd'hui à Alger à bras ouverts".

D'ailleurs, Liberté annonce en Une le résultat d'un sondage: 57% des Algériens sont favorables à une relation "exemplaire" avec la France.

Le ton est plus méfiant, sinon hostile, dans la presse arabophone.

El-Khabar, quotidien de grand tirage, exprime des craintes: autant cette visite "a été entourée d'espoir, autant elle suscite des craintes que l'hôte de l'Algérie évite une lecture correcte de ce qu'attend le peuple algérien concernant la mémoire, loin des dossiers du commerce et du business", lit-on en Une.

Ecchourouk, populiste, donne la parole à un groupe de partis dits "les 14" qui mettent en garde contre "d'éventuels avantages et concessions nouvelles à la France".

bmk/vl