NOUVELLES
19/12/2012 07:32 EST | Actualisé 18/02/2013 05:12 EST

Colonies: Israël autorise 2.610 nouveaux logements à Jérusalem-Est (ONG)

La municipalité israélienne de Jérusalem a approuvé mercredi un projet de construction de 2.610 logements dans le quartier de colonisation juive de Givat Hamatos, à Jérusalem-Est occupée et annexée, a indiqué à l'AFP une ONG spécialisée dans la colonisation.

"L'intensification de la colonisation et l'ensemble des pratiques israéliennes d'assassinats et d'arrestations nous poussent à accélérer notre recours à la Cour pénale internationale (CPI)", a immédiatement réagi dans une déclaration à l'AFP le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh, en référence aux possibilités offerte par le nouveau statut d'Etat observateur pour la Palestine à l'ONU.

"Le maire adjoint vient de me dire qu'ils avaient approuvé les 2.610 unités de logement" à Givat Hamatos, a déclaré à l'AFP Daniel Seidemann, directeur de Terrestrial Jerusalem, une ONG qui surveille la colonisation israélienne à Jérusalem-Est.

Les organisations de défense des droits de l'Homme soulignent que Givat Hamatos, situé dans le sud du secteur oriental de la ville, serait le premier quartier de colonisation à Jérusalem à être créé depuis 12 ans.

"Officiellement, il s'agit de la décision finale", a affirmé à l'AFP Lior Amihai, un spécialiste du mouvement anticolonisation La Paix Maintenant.

"Elle sera publiée dans les prochains jours, puis il y aura une période de 15 jours pour qu'elle devienne effective, avant qu'ils ne puissent commencer à publier des appels d'offres", a-t-il expliqué.

Par ailleurs, la commission de planification du district de Jérusalem doit se réunir jeudi pour examiner la construction de 1.100 logements supplémentaires dans le quartier de colonisation de Gilo, situé également à Jérusalem-Est, selon La Paix Maintenant.

Lundi, le ministère israélien de l'Intérieur avait donné son feu vert à la construction de 1.500 logements à Ramat Shlomo à Jérusalem-Est, relançant un projet déjà condamné par Washington en 2010.

Les Etats-Unis ont fermement dénoncé ces projets, estimant qu'ils allaient "à l'encontre de la cause de la paix" et qu'il s'agissait de "gestes de provocation".

Ces annonces surviennent alors qu'Israël a essuyé une vague de critiques internationales pour sa décision de relancer un autre projet de colonisation dans le secteur "E1", près de Jérusalem, qui compromettrait la viabilité d'un futur Etat palestinien, à titre de sanction contre l'accession le 29 novembre de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU.

La direction palestinienne décidera en début d'année prochaine à quelles organisations internationales adhérer grâce à ce nouveau statut, avait annoncé le 13 décembre Mohammad Chtayyeh.

"Si Israël continue ses actes de violence contre notre peuple, par ses colons, les sanctions financières et la colonisation, il nous poussera à aller dans cette direction encore plus vite que nous le voulons", a-t-il prévenu, en référence à la CPI et la CIJ (Cour internationale de Justice).

Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible". Mais la communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion en 1967 de Jérusalem-Est, où les Palestiniens veulent établir la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

jjm-sah-na/sst/agr/vl