NOUVELLES
19/12/2012 01:25 EST | Actualisé 18/02/2013 05:12 EST

Budget: Obama demande aux républicains d'avancer vers un "compromis"

Le président américain Barack Obama a demandé mercredi aux élus républicains du Congrès d'avancer vers un compromis en matière budgétaire pour éviter de se heurter à un "mur" de hausses d'impôts et de baisses de dépenses automatiques début janvier.

Un accord "ne pourra être trouvé si chacune des parties tente d'obtenir 100%" de ce qu'elle désire, a déclaré le président lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. "Ce que veulent notamment les électeurs c'est un compromis (...) Et pour une raison que j'ignore, le message n'est pas encore passé au Capitole", le bâtiment abritant le Congrès américain à Washington.

"A un certain moment, mes amis républicains vont devoir reconnaître qu'il faut aboutir à un accord", a insisté M. Obama.

"Je reste ouvert aux discussions mais je suis aussi désireux d'aboutir à quelque chose. J'aimerais qu'on y arrive avant Noël", a encore déclaré le président démocrate.

Plus tôt mercredi, la Maison Blanche avait menacé d'opposer son veto au "plan B" unilatéral préparé par les républicains pour réduire le déficit américain.

Engagés depuis plusieurs semaines dans des négociations, le président et le chef républicain de la Chambre des représentants John Boehner ont déjà chacun concédé du terrain. Les républicains ont accepté le principe d'augmenter les impôts pour les plus riches, mais uniquement pour les revenus supérieurs à un million de dollars. Barack Obama exigeait, lui, 250.000 dollars (pour un couple marié), mais est monté jusqu'à 400.000 dollars.

Elus et exécutif américains doivent s'entendre avant le début de l'année pour éviter le "mur budgétaire", c'est-à-dire des hausses d'impôts à partir du 1er janvier et un rabotage automatique des dépenses publiques à compter du 2 janvier. Leur combinaison retirerait de l'économie américaine des centaines de milliards de dollars, au risque de replonger le pays dans la récession.

col-are/sam