NOUVELLES
18/12/2012 11:21 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Les hélicoptères canadiens ont besoin de sièges à l'épreuve d'écrasements

OTTAWA - Un rapport final sur l'écrasement d'un hélicoptère militaire canadien en bordure de la ville de Kandahar en août 2010 conclut que les hélicoptères CH-147 Chinook ont besoin de sièges à l'épreuve des écrasements et de dispositifs de retenue pour les passagers.

L'hélicoptère effectuait une mission d'approvisionnement de routine et venait de quitter une base à proximité lorsqu'il aurait, selon les rapports initiaux, été abattu par les talibans.

Les pilotes ont pu faire atterrir l'hélicoptère dans un champ à proximité et tout le monde a pu en sortir avec des blessures mineures.

Les enquêteurs ont conclu, en fait, que c'est un feu à bord qui a causé l'écrasement. Ils ont expliqué qu'il n'y avait aucun lien définitif entre les coups de feu des talibans et le déclenchement de l'incendie.

L'enquête a examiné l'efficacité de l'équipement de survie et des procédures d'urgence pour évacuer l'hélicoptère. Les recommandations, incluant de meilleurs sièges et des dispositifs de retenue, devront être prises en compte lors de la livraison de 15 nouveaux hélicoptères CH-147-F l'an prochain.

La Direction de la sécurité des vols a noté qu'il s'agissait de la première fois en presque 40 ans qu'elle enquêtait sur un cas d'un aéronef abattu par des forces ennemies. Le dernier incident du genre remontait à 1974 en Syrie, où neuf Canadiens avaient perdu la vie.

Les responsables ont noté qu'ils n'enquêtent pas normalement sur les pertes causées par l'action ennemie et ont suggéré qu'ils devraient développer les compétences pour le faire.