NOUVELLES
18/12/2012 03:38 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Le premier ministre israélien affirme que la colonisation va se poursuivre

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien a rejeté mardi les critiques internationales des projets de colonisation de son gouvernement à Jérusalem-Est, affirmant que la construction se poursuivrait comme prévu.

Benyamin Nétanyahou a fait cette déclaration alors que les diplomates européens discutaient d'un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU pour condamner la politique de colonisation israélienne. Cette condamnation s'inscrirait dans la vague de réactions internationales outrées face aux projets du gouvernement israélien de construire des logements sur des territoires revendiqués par les Palestiniens pour leur futur État.

Selon l'émissaire palestinien à l'ONU, Riyad Mansour, tous les membres du Conseil de sécurité, sauf les États-Unis, vont appuyer une résolution ou une déclaration condamnant la colonisation israélienne lors de leur réunion de mercredi.

«Jérusalem est la capitale éternelle de l'État d'Israël, et nous continuerons à construire», a dit M. Nétanyahou mardi lors d'une visite à Acre, dans le nord d'Israël. Il a déclaré que les Israéliens croyaient majoritairement en un «Jérusalem unifié», en référence à la partie ouest de la ville, à majorité juive, et à sa partie est, prise à la Jordanie et annexée par Israël, mais revendiquée par les Palestiniens.

Un sondage mené par l'agence Dahaf, publié mardi dans le quotidien israélien «Haaretz», montre que 67 pour cent des électeurs de centre-gauche ne sont pas favorables à la division de Jérusalem, et donc à la cession de Jérusalem-Est aux Palestiniens.

Environ la moitié des électeurs israéliens s'identifient au centre-gauche et soutiennent par ailleurs la cession de la majorité de la Cisjordanie aux Palestiniens. L'autre moitié des Israéliens s'opposent à toute concession territoriale.

L'agence Dahaf n'a pas précisé sa méthodologie et la marge d'erreur de son sondage.

Quelque 250 000 Palestiniens et 200 000 Juifs vivent à Jérusalem-Est.

Les États-Unis, fidèles alliés d'Israël, ont fermement condamné le gouvernement israélien mardi pour sa poursuite des projets de colonisation.

Le département d'État a accusé Israël d'être engagé dans une «tendance récurrente d'actions provocatrices» qui fait douter de l'engagement des dirigeants israéliens envers la paix.

La porte-parole du département d'État, Victoria Nuland, a déclaré que les projets de colonisation mettaient «à risque» la paix avec les Palestiniens. Elle a demandé aux deux camps de cesser les provocations et de relancer les pourparlers de paix.

«Nous sommes profondément déçus qu'Israël insiste pour poursuivre cette tendance récurrente d'actions provocatrices», a dit Mme Nuland devant les journalistes. «Ces annonces répétées et les nouveaux projets de construction sont contre-productifs pour la cause de la paix. Les leaders israéliens continuent de dire qu'ils soutiennent la solution des deux États, mais ces actions mettent cet objectif à risque.»