NOUVELLES
18/12/2012 10:55 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

La Tunisie cherche "désespérément" une coopération accrue avec l'Europe (Schultz)

Le gouvernement tunisien est "désespérément" à la recherche d'une coopération économique accrue avec l'Europe notamment pour résorber les graves tensions dans le pays deux ans après la révolution, a déclaré mardi à l'AFP le président du Parlement européen.

"J'ai l'impression (que les autorités) cherchent désespérément la coopération économique dont elles ont besoin pour développer le potentiel de croissance", a déclaré Martin Schultz, lors d'une visite à Tunis.

"Nous en tant qu'Européens devons comprendre que notre coopération économique avec la Tunisie devrait être beaucoup plus forte", a ajouté M. Schultz, estimant que ce pays est un partenaire clé car il souhaite allier sa "tradition islamique avec une société pluraliste" moderne.

Selon le président du Parlement européen, le Premier ministre Hamadi Jebali, a "conscience de la pression dans le pays" et des attentes "énormes" de la population.

La Tunisie a vu ces derniers mois les manifestations dégénérant en violences se multiplier, alors que l'économie anémique du pays, minée par l'insécurité et la faiblesse de la croissance européenne, peine à répondre à une attente clé issue de la révolution de 2011: la baisse du chômage.

Dernier épisode en date, le chef de l'Etat Moncef Marzouki et le président de la Constituante, Mustapha Ben Jaafar ont été visés lundi par des jets de pierres alors qu'ils participaient aux cérémonies marquant le début de la révolution à Sidi Bouzid, berceau du soulèvement et ville déshéritée.

alf/sw