NOUVELLES
18/12/2012 06:39 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Instagram fait marche arrière après le choc suscité par ses nouvelles règles

Face à la levée de boucliers suscitée par l'annonce lundi qu'Instagram allait s'offrir la possibilité de vendre les clichés de ses utilisateurs sans compensation, l'application de partage de photos a fait quelque peu marche arrière mardi pour "éliminer toute confusion".

"En analysant vos réactions et les articles parus dans la presse, nous allons modifier certaines parties des termes (des nouvelles règles) pour expliquer plus clairement ce qui va arriver à vos photos", a indiqué dans un communiqué Kevin Systrom, cofondateur d'Instagram.

L'application, qui revendique plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde, permet de prendre des photos depuis son téléphone portable, de les retoucher avec une série de filtres esthétisants, puis de les mettre en ligne.

La société avait annoncé lundi l'actualisation de ses conditions d'utilisation, effective à partir du 16 janvier et censée permettre de croiser les données recueillies auprès de ses utilisateurs avec celles obtenues par sa maison mère, le réseau social Facebook, qui a racheté Instagram pour 747 millions de dollars en avril.

Certains passages de ces nouvelles règles visibles sur Instagram.com avaient choqué des utilisateurs, en particulier le paragraphe indiquant: "Vous acceptez qu'une entreprise ou toute autre entité puisse nous payer pour afficher votre nom et profil d'utilisateur, vos photos (...) en lien avec des contenus payants ou sponsorisés, sans que cela ne vous donne droit à une compensation". Beaucoup menaçaient mardi de fermer leur compte.

"Notre intention était de vous communiquer que nous aimerions faire l'expérience de publicités innovantes", poursuit M. Systrom.

"A la place, cela a été interprété par beaucoup comme une tentative de notre part de vendre vos photos sans aucune compensation. Ce n'est pas vrai (...) Pour être clair: il n'est pas dans notre intention de vendre vos photos", assure-t-il, ajoutant qu'Instagram travaillait à un "nouveau phrasé plus approprié" des nouvelles règles, sans donner plus de précisions.

Quant aux inquiétudes sur le fait que les photos d'utilisateurs puissent faire partie de publicités, M. Systrom a précisé: "Nous n'avons aucun projet de cette sorte et c'est pour cela que nous allons supprimer les mots qui ont soulevé cette question".

sam/sl/lor