NOUVELLES
18/12/2012 10:29 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

35 000 enseignants ontariens débrayent dans le cadre d'un «Super Mardi»

TORONTO - Des dizaines de milliers d'élèves du primaire de huit commissions scolaires ontariennes _ dont la plus importante _ ne sont pas rentrés en classe, mardi, alors que leurs enseignants tenaient des grèves d'une journée.

La Fédération des enseignants et enseignantes de l'élémentaire de l'Ontario a annoncé que 35 000 enseignants, dont près de 14 000 à Toronto seulement, devaient descendre former des lignes de piquetage dans le cadre du «Super Mardi» s'inscrivant dans la foulée du conflit de travail avec le gouvernement provincial.

Les autres commissions scolaires touchées par cette grève sont Peel, Durham, Waterloo, Greater Essex, Grand Erie et Lambton Kent, dans le sud de l'Ontario, ainsi que la commission Near North, dans le centre de la province.

Selon la Fédération, ces grèves de 24 heures sont tenues pour protester contre une loi controversée qui donne au gouvernement provincial le pouvoir de mettre fin à des grèves et d'imposer des conventions collectives aux professeurs.

Aux dires du président de la Fédération Sam Hammond, la ministre de l'Éducation Laurel Broten peut mettre fin aux grèves tournantes en annulant la Loi 115 et en laissant les négociations locales se poursuivre sans interférence.

Les progressistes-conservateurs ont invité le gouvernement libéral à justement utiliser cette loi pour casser les grèves.

À Toronto, le syndicat des professeurs devait tenir une ligne de piquetage devant les bureaux du ministère de l'Éducation, en plus d'organiser des manifestations devant les écoles et les bureaux des députés libéraux locaux.

Mercredi, ce sera au tour de plus de 4800 enseignants des commissions scolaires Bluewater, Algoma et Halton de débrayer pour la journée.