NOUVELLES
17/12/2012 09:37 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Nucléaire: l'Iran et les grandes puissances doivent sortir de l'impasse (ministre)

L'Iran et les grandes puissances doivent "sortir de l'impasse" dans laquelle se trouvent les négociations concernant le programme nucléaire controversé de Téhéran, a estimé lundi le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi.

"Les parties sont parvenues à la conclusion qu'elles devaient sortir de l'impasse actuelle", a déclaré M. Salehi à l'agence officielle Irna.

Des contacts sont actuellement en cours entre Téhéran et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne), représentés par la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, pour relancer les discussions au point mort depuis l'échec d'une série de trois rencontres au printemps.

L'Iran, soumis à des sanctions internationales, n'a toujours pas commenté officiellement ces contacts et M. Salehi a indiqué n'avoir "pas d'information" sur la date d'une prochaine rencontre.

Un haut responsable politique iranien a toutefois estimé que les discussions avec le 5+1 auraient lieu après une visite à Téhéran d'une équipe d'inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), prévue le 16 janvier.

"Sur la base des discussions avec l'AIEA, nous discuterons avec les Occidentaux des détails des négociations avec le 5+1," a déclaré Alaeddine Bouroujerdi, chef de la commission de sécurité nationale et de la politique étrangère au Parlement, cité par l'agence Mehr.

Le 29 novembre, le chargé d'affaires américain Robert Wood avait conseillé l'Iran à "réellement coopérer" d'ici le prochain conseil des gouverneurs de l'AIEA, début mars 2013, menaçant de porter le dossier devant le Conseil de sécurité de l'ONU".

L'enrichissement d'uranium par Téhéran figure au coeur des inquiétudes des puissances occidentales et d'Israël, qui soupçonnent le pays de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que Téhéran dément.

Les décisions concernant le dossier nucléaire iranien sont entre les mains du Guide suprême de la République islamique et c'est son représentant au Conseil suprême de la sécurité nationale, Saïd Jalili, qui négocie avec le 5+1.

str/mod/cyj/hj