NOUVELLES
17/12/2012 05:49 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Moins du tiers des électeurs inscrits ont participé au référendum en Égypte

LE CAIRE, Égypte - Moins du tiers des électeurs inscrits ont participé à la première phase du référendum constitutionnel en Égypte, un faible taux de participation qui, selon l'opposition, aggrave les doutes sur la légitimité du projet constitutionnel qui divise déjà le pays.

Ce taux de participation peu élevé soulève des questions sur les raisons pour lesquelles les Égyptiens n'ont pas été nombreux à voter. Certains ont probablement été découragés par la tourmente qui s'est emparée de la vie politique du pays depuis le renversement du régime autocratique de l'ex-président Hosni Moubarak, il y a près de deux ans.

Le vote de samedi s'est déroulé dans 10 des 27 provinces égyptiennes, notamment au Caire et à Alexandrie, la deuxième ville du pays. Quelque 26 millions d'électeurs étaient inscrits, mais seulement 32 pour cent d'entre eux se sont rendus aux urnes. Dans les 17 autres provinces, le référendum aura lieu samedi prochain.

Il s'agit du deuxième plus bas taux de participation parmi les cinq élections nationales organisées depuis la chute du régime Moubarak. Le taux le plus élevé, soit près de 60 pour cent, avait été atteint lors de l'élection de la chambre basse du Parlement. Le taux le plus faible, soit 8 pour cent, a été constaté lors de l'élection de la chambre haute, considérée comme une assemblée sans pouvoir à laquelle le public ne s'intéresse pas.

Les résultats préliminaires montrent que le «oui» a dominé la première phase du référendum par une faible marge, à 56 pour cent.

Depuis des semaines, les experts juridiques égyptiens préviennent que si le taux de participation est bas et que si la majorité finale qui approuve le projet constitutionnel est de moins de 70 pour cent, la légitimité et la représentativité de la Constitution sera mise en doute.

Mais un porte-parole du président islamiste Mohamed Morsi a rejeté toute idée de seuil minimal.

«La nouvelle Constitution sera adoptée et entrera en vigueur si le résultat du référendum est de 50 pour cent plus un», a dit Yasser Ali lundi. «C'est ce qui est prévu dans la loi électorale et cela n'a pas changé.»