Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Israéliens davantage préoccupés par la pauvreté que par l'Iran (ONG)

Les trois-quarts des Israéliens sont davantage préoccupés par les problèmes socio-économiques que par la menace iranienne, selon une étude publiée lundi par une ONG humanitaire israélienne.

La pauvreté et les inégalités sociales sont la préoccupation principale des Israéliens, suivi de l'éducation, selon le "rapport alternatif 2012 sur la pauvreté" publié par l'association Latet.

Les problèmes de sécurité n'arrivent qu'en troisième place dans l'ordre des préoccupations des Israéliens, selon le rapport, publié alors que la campagne électorale bat son plein avant les législatives du 22 janvier.

Selon l'étude, 54% des Israéliens recevant de l'aide du secteur caritatif et 30% du public général estiment que leur situation économique s'est détériorée par rapport à 2011.

La moitié des enfants issus de familles pauvres ont été obligés de travailler cette année et 10% d'entre eux de mendier dans la rue, contre respectivement 19% et 3% l'an dernier, selon le rapport.

Plus de la moitié des personnes interrogées ont dit avoir été obligées d'acheter moins de nourriture cette années en raison de la dégradation de leur situation économique, 15% d'entre elles de prendre un emploi supplémentaire ou de changer d'emploi pour accroître leurs revenus et 18% de recourir à un prêt bancaire.

"Ce rapport met en évidence le fait que la pauvreté et les inégalités sociales s'installent durablement dans le paysage israélien", a déclaré à l'AFP Gilles Darmon, fondateur et président de Latet ("Donner" en hébreu).

"On ne peut plus dire qu'il s'agit d'un phénomène épisodique ou momentané puisqu'il est présent depuis plus de dix ans. Israël, le pays avec la proportion de pauvres la plus importante des pays de l'OCDE, ne mène aucune politique publique de lutte contre la pauvreté", a-t-il déploré.

Dans son dernier rapport sur l'économie israélienne publié en avril 2012, le Fonds monétaire international (FMI) avait souligné que malgré son fort taux de croissance économique, Israël avait l'un des taux de pauvreté les plus élevés des 35 pays membres de l'OCDE.

Le ministre des Finances israélien Youval Steinitz a annoncé dimanche que les prévisions de croissance pour 2013 et 2014 s'établissaient à 3,5% et 3,9% respectivement.

dms/agr/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.