NOUVELLES
17/12/2012 06:54 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Le débat sur le contrôle des armes est relancé après le massacre au Connecticut

WASHINGTON - Un sénateur démocrate, membre à vie de la National Rifle Association (NRA), a déclaré lundi qu'il était temps de sortir de la rhétorique partisane et de débattre de façon honnête des restrictions sur les armes à feu aux États-Unis.

Le sénateur Joe Manchin est le premier défenseur du droit de porter des armes à s'exprimer publiquement sur la question depuis la tuerie de vendredi dans une école primaire du Connecticut, qui a fait 26 morts, dont 20 enfants.

La plupart des partisans des armes sont restés silencieux depuis le massacre, qui a relancé le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis.

«Jamais auparavant avons-nous vu nos bébés se faire massacrer ainsi. Si je me souviens bien, cela ne s'est jamais produit aux États-Unis, un tel carnage», a déclaré M. Manchin au réseau MSNBC.

«Toute personne qui est un fier propriétaire d'armes à feu, un fier membre de la NRA, est aussi un parent fier, un grand-parent fier. Ils comprennent que cela (la tuerie au Connecticut) a changé la direction vers laquelle nous nous dirigerons à partir de maintenant.»

M. Manchin, qui se décrit lui-même comme un «fier chasseur», s'est dit d'accord avec le maire de New York, Michael Bloomberg, qui réclame l'interdiction des fusils d'assaut.

«Je ne connais personne dans le domaine du tir sportif ou de la chasse qui se balade avec un fusil d'assaut. Je ne connais personne qui a besoin de 30 balles dans son chargeur pour aller chasser», a déclaré le sénateur.

Le président Barack Obama, qui s'est rendu à Newtown dimanche pour soutenir les proches des victimes, a déclaré qu'il se servirait de tous ses pouvoirs pour empêcher que de tels massacres se reproduisent dans l'avenir.

Le président n'a pas donné de détails sur ce qu'il compte faire. Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a rappelé lundi qu'«aucune loi et aucune action ne pourra résoudre le problème dans son ensemble».

Les démocrates affirment que les «actions significatives» dont M. Obama a parlé devraient inclure une interdiction des armes d'assaut de style militaire et une analyse de la façon dont le pays traite les personnes qui souffrent de troubles psychologiques graves.

Dimanche, plusieurs élus démocrates et le sénateur indépendant Joe Lieberman, du Connecticut, ont déclaré qu'il était temps de se pencher plus en profondeur sur la récente série de massacres aux États-Unis et de réfléchir à ce qui peut être fait pour empêcher qu'ils ne se reproduisent.

Le contrôle des armes à feu était un dossier qui soulevait les passions au début des années 1990, quand le Congrès avait adopté une interdiction des armes d'assaut valable pendant 10 ans. Mais depuis l'expiration du moratoire, en 2004, les Américains sont moins nombreux à vouloir un durcissement des lois sur les armes, et les politiciens affirment qu'ils ne veulent pas devenir les cibles des groupes de pression favorables aux armes.

Mais les militants du droit de porter des armes, protégé par la Constitution américaine, pensent que les choses pourraient changer après le massacre au Connecticut.

«Je crois que nous en sommes arrivés à un point tournant, (...) un point tournant qui pourrait nous permettre de faire quelque chose», a déclaré le sénateur Chuck Schumer à l'émission «Face the Nation» de CBS.

Le sénateur Lieberman a estimé qu'une nouvelle commission devrait être créée pour étudier les lois sur les armes et le système de santé mentale, de même que la violence dans les films et les jeux vidéo.

«Les armes d'assaut ont été conçues pour l'armée américaine, et non pour les fabricants d'armes commerciaux», a dit M. Lieberman.

La sénatrice Dianne Feinstein a annoncé dimanche qu'elle présenterait un projet de loi au début de 2013 pour interdire les armes d'assaut, de même que les chargeurs de grande capacité contenant plus de 10 balles.