NOUVELLES
17/12/2012 10:49 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

La Syrie accuse l'ONU d'être responsable de la frustration des Palestiniens

Le ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé lundi au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon que la communauté internationale avait déçu les espérances des Palestiniens, selon Sana, répondant aux critiques après un raid aérien meurtrier sur un camp palestinien.

Durant un appel téléphonique à l'inititiave du chef de l'ONU, qui avait dénoncé dimanche le bombardement du camp de Yarmouk dans le sud de Damas, Walid Mouallem a rétorqué que "l'ONU et la communauté internationale étaient responsables du sentiment de frustration vécu par les Palestiniens, en raison de la non application des résolutions liées aux droits légitimes du peuple palestinien".

"Aucun pays n'a autant donné aux Palestiniens que la Syrie l'a fait depuis des décennies", a lancé M. Mouallem, cité par l'agence officielle Sana.

Ban Ki-moon s'était déclaré "inquiet de l'escalade dramatique de la violence en Syrie depuis plusieurs jours", et avait dénoncé en particulier le bombardement du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk.

L'aviation syrienne a bombardé dimanche pour la première fois en 21 mois de conflit le camp de Yarmouk, tuant au moins huit civils dans ce raid qui a visé, d'après des habitants, une mosquée où étaient réfugiés 600 déplacés.

Le ministre a en outre souligné au chef de l'ONU que "les Palestiniens (en Syrie) ne devaient pas accueillir les groupes terroristes dans le camp Yarmouk ni les aider".

"Les Palestiniens devraient chasser ces bandes, afin d'arrêter l'effusion de sang et les destructions qu'entraîne (la présence) de ces terroristes", a-t-il ajouté.

Le ministre a notamment expliqué à M. Ban que "quatre jours auparavant, des bandes terroristes armées, affiliées au Front al-Nosra (jihadiste) étaient entrées dans des quartiers du camp Yarmouk, où résident des Palestiniens et des Syriens, après avoir pilonné à l'artillerie ces quartiers, touchant une mosquée et un hôpital".

M. Mouallem a assuré que "l'armée syrienne n'a pas pénétré dans le camp, malgré les appels lancés par les habitants. Les combats en cours depuis quelques jours, opposent ces groupes terroristes, armés et financés par des pays voisins, à des comités populaires palestiniens", a ajouté M. Mouallem.

Selon le ministre, malgré la crise que traverse la Syrie, "la cause palestinienne, les droits légitimes du peuple palestinien et la libération des territoires occupés, figurent parmi les priorités" syriennes.

Les Palestiniens réfugiés en Syrie sont divisés sur la question du conflit syrien, certains ayant pris les armes avec les rebelles et d'autres avec les forces pro-régime.

Yarmouk abritait 150.000 réfugiés avant d'être gagné par les violences ces derniers mois. Selon l'UNRWA, 520.000 Palestiniens vivent en Syrie, dont 400.000 à Damas et dans sa région.

rm/sk/hj