NOUVELLES
17/12/2012 12:22 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

La rébellion lance la bataille de Hama, dans le centre de la Syrie (ONG)

La rébellion armée contre le régime de Bachar al-Assad a lancé lundi une offensive généralisée contre les postes de l'armée régulière dans la province de Hama, au centre de la Syrie, qui jusqu'à présent jouissait d'un calme relatif, a annoncé une ONG

"Plusieurs unités de rebelles ont commencé une offensive généralisée contre les positions de l'armée régulière dans la province de Hama et il s'agit des combats les plus violents dans cette province depuis des mois", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon lui, les combats et les postes encerclés se situent sur un axe allant de Khan Cheikhoun, au nord, dans la province d'Idleb, jusqu'à Mhardé à l'ouest dans la province de Hama. Les forces régulières se sont retirées de plusieurs positions, notamment celle de cheikh Hadid, après avoir été bombardées au mortier et à la roquette antichar.

Pour sa part, le colonel Qassem Saad Eddine, membre du commandement militaire conjoint suprême de l'Armée syrienne libre (ASL) a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi dans un comuniqué "le début de la libération de la ville de Hama et de sa province des gangs d'Assad et des chabbiha" (milices pro-régime).

"Nous avons demandé à toutes les brigades et les bataillons d'encercler et de prendre tous les postes militaires de la province et nous donnons jusqu'à mardi 13H00 (11H00 GMT) aux soldats pour déserter", a-t-il dit.

Le 8 décembre, le secrétaire général de la Coalition de l'opposition syrienne Moustapha Sabbagh avait annoncé la création d'un nouveau commandement chapeautant la plupart des groupes rebelles combattant en Syrie, à l'exception des jihadistes du Front al-Nosra,

Par ailleurs, trois brigades portant des noms à connotation islamiste, ont annoncé leur participation à la bataille.

Hama, déjà tristement célèbre pour la répression sanglante du soulèvement des Frères musulmans en février 1982, a aussi été marquée par les violences du conflit qui a débuté en mars 2011 par une contestation pour réclamer la chute du régime.

rd/sk/hj