NOUVELLES
17/12/2012 10:02 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Après l'opération à Gaza, le Hamas gagne en popularité (sondage)

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a progressé en intentions de vote, faisant désormais jeu égal avec le Fatah du président Mahmoud Abbas, après l'offensive israélienne et la visite dans le territoire palestinien de son chef en exil, Khaled Mechaal, selon un sondage publié lundi.

Cette enquête périodique intervient après l'opération militaire israélienne à Gaza (14-21 novembre) et la visite historique de M. Mechaal (7-10 décembre) pour les 25 ans du Hamas, relève le Palestinian Center for Policy and Survey Research (PSR).

Elle a également été précédée par le vote du 29 novembre accordant à la Palestine le statut d'Etat observateur à l'ONU, à l'initiative de M. Abbas.

Dans le climat de rapprochement qui en a résulté, le PSR souligne "une augmentation spectaculaire de l'optimisme sur les chances de la réconciliation et de la réunification de la Cisjordanie et de la bande de Gaza", non seulement par rapport à son précédent sondage en septembre, mais "plus significativement, depuis la séparation en juin 2007".

Une large majorité de personnes interrogées croit à la réunification entre Gaza et la Cisjordanie gouvernée par le Fatah, 39% dans un proche avenir, 40% à plus long terme. Ils ne sont plus que 18% à considérer la division comme définitive, contre 42% trois mois auparavant.

Le responsable du dossier de la réconciliation au sein du Fatah, Azzam al-Ahmad, a indiqué lundi attendre le retour de l'étranger du président Abbas pour organiser une réunion de l'instance dirigeante provisoire de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), chargée de de l'intégration du Hamas à l'OLP.

"Cette réunion devrait être précédée par une rencontre entre Abou Mazen (Mahmoud Abbas) et Khaled Mechaal", a déclaré M. Ahmad à la radio officielle Voix de la Palestine, en direct de Doha, précisant avoir "rencontré Khaled Mechaal en Egypte et au Qatar il y a quelques jours".

En cas d'élection présidentielle immédiate, M. Abbas, qui a exclu de se représenter, serait devancé par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh (45% contre 48%). Il s'agit du meilleur score du dirigeant islamiste en intentions de vote depuis la victoire du Hamas aux législatives de 2006. En septembre, M. Abbas était donné gagnant par 51% contre 40% pour M. Haniyeh, rappelle l'institut basé à Ramallah (Cisjordanie).

L'ancien chef du Fatah pour la Cisjordanie Marwan Barghouthi, emprisonné à perpétuité en Israël, l'emporterait sur M. Haniyeh, mais par 51% contre 41%, alors que son avance était de 61% contre 32% il y a trois mois.

Si des élections législatives se tenaient aujourd'hui, 78% des personnes interrogées y participeraient: le Fatah recueillerait 36% des voix (-1), le Hamas 35% (+7), les autres partis 10% (-3), avec 20% d'indécis.

Dans le même temps, l'évaluation favorable de la performance du gouvernement de M. Haniyeh décolle, de 35% à 56%, tandis que celle du Premier ministre Salam Fayyad, soutenu par la communauté internationale mais contesté pendant la grogne sociale de septembre, remonte de 22 à 34%.

Ce sondage a été réalisé en face à face sur un échantillon de 1.270 adultes du 13 au 15 décembre en Cisjordanie et à Gaza, avec une marge d'erreur de 3%.

sst/agr/cnp