NOUVELLES
17/12/2012 01:06 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Anniversaire de la révolution: des Tunisiens expriment leur insatisfaction

TUNIS, Tunisie - Des manifestants ont lancé des pierres et des tomates sur des dirigeants tunisiens, lundi, lors d'une cérémonie marquant le deuxième anniversaire du début du soulèvement qui a mené à la chute du dictateur Zine el-Abidine Ben Ali.

Environ 3000 personnes réclamant des emplois et dénonçant le gouvernement dirigé par les islamistes ont manifesté durant la cérémonie. Les manifestants ont lancé divers projectiles et ont hué le président Moncef Marzouki, qui leur a demandé d'être patients en affirmant qu'il n'y avait pas de «baguette magique» pour réduire le taux de chômage.

Mais les manifestants se sont plaints de n'avoir vu aucune amélioration dans leur région depuis que le nouveau gouvernement a pris le pouvoir. Certains portaient des pancartes où l'on pouvait lire: «Le peuple veut la chute du gouvernement et une nouvelle révolution».

M. Marzouki et d'autres dignitaires ont été escorté hors de la scène par les forces de sécurité.

La cérémonie de lundi marquait le deuxième anniversaire du jour où un jeune vendeur ambulant s'était immolé par le feu pour protester contre la pression des autorités. Le geste désespéré de Mohamed Bouazizi a déclenché des manifestations qui se sont répandues dans toute la Tunisie et dans d'autres pays de la région, donnant naissance au «Printemps arabe».

Au cours des dernières semaines, les difficultés économiques en Tunisie ont provoqué des affrontements entre le parti islamiste au pouvoir et la principale centrale syndicale. Une région du centre du pays a connu plusieurs jours d'émeute.

Les islamistes radicaux expriment de plus en plus leurs revendications, tandis que des jeunes déshérités organisent des manifestations sporadiques qui dégénèrent parfois dans la violence.