NOUVELLES
17/12/2012 06:48 EST | Actualisé 16/02/2013 05:12 EST

Afrique du Sud: la Fédération enquête sur l'avant Mondial-2010

La Fédération sud-africaine de football (Safa) a annoncé lundi qu'elle avait lancé une enquête officielle sur les matches de préparation au Mondial-2010 des Bafana Banafa truqués et qu'elle allait demandé à son président de s'expliquer sur ce dossier.

"Une commission d'enquête a été établie (...) et le président (Kirsten Namatandani) devra être auditionné pour expliquer son rôle dans ce dossier", a indiqué la Safa dans un communiqué.

"Le comité exécutif a demandé au président de quitter provisoirement ses fonctions", a ajouté la Fédération sud-africaine.

Cette commission d'enquête qui sera présidée par un juge à la retraite, devrait également auditionner l'ancien directeur général de la Safa, Lesley Sedibe, ainsi que Steve Goddard, alors en charge des arbitres.

"La Safa présente ses excuses à la Fifa et a tout entrepris pour que cette affaire soit traitée rapidement et sérieusement", conclut le communiqué.

Ces mesures font suite à la publication par la Fédération internationale de football (Fifa) d'un rapport prouvant de "manière irréfutable" que les matches amicaux de préparation à la Coupe du monde 2010 avaient été truqués.

L'instigateur principal de la fraude se nomme Wilson Raj Perumal, homme d'affaires originaire de Singapour, déjà condamné pour des faits similaires, notamment en Finlande en 2011.

Raj Perumal avait utilisé une société-écran, baptisé 4U, censée participer au développement du football, mais qui servait en réalité à corrompre la Safa afin d'arranger les matches amicaux de l'équipe nationale.

Lors de ces rencontres, les Bafana Bafana, surnom de l'équipe sud-africaine, se sont imposés sur le score de 5-0 contre le Guatemala, puis contre la Colombie (2-1) et la Thaïlande (4-0), avant de concéder le nul contre la Bulgarie (1-1).

A l'époque, des soupçons avaient entouré ces matches en raison de penalties litigieux accordés, notamment contre le Guatemala et la Colombie.

Selon un cadre de la Safa qui a requis l'anonymat, interrogé par la presse sud-africaine dimanche, cette affaire impliquerait des personnalités connues: "Cela va être un choc pour le monde de football, des têtes vont tomber, les noms vont être un motif d'embarras", a-t-il prévenu.

jcm/jr/we