NOUVELLES
16/12/2012 03:08 EST | Actualisé 15/02/2013 05:12 EST

Syrie: Abbas et le Hamas fustigent les bombardements des camps palestiniens

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza, ont condamné dimanche les bombardements sur les camps palestiniens en Syrie, après un raid meurtrier de l'aviation syrienne sur le camp de Yarmouk, dans le sud de Damas.

"Nous appelons toutes les parties belligérantes en Syrie à épargner les Palestiniens et leurs camps en Syrie", a déclaré M. Abbas dans un communiqué diffusé par l'agence officielle palestinienne Wafa.

Le chef de l'Autorité palestinienne et de l'OLP a ajouté que les bombardements contre les camps devaient "cesser immédiatement".

"Nous exhortons aussi la communauté internationale à prendre des mesures immédiates pour protéger notre peuple en Syrie", a-t-il plaidé, en précisant que les Palestiniens n'étaient "pas impliqués" dans le conflit.

De son côté, le mouvement islamiste Hamas a qualifié de "crime" le raid aérien du camp de Yarmouk "qui a fait de très nombreux martyrs et blessés, terrorisé des populations innocentes et déplacé beaucoup d'habitants du camp".

"Nous condamnons fermement la poursuite des opérations, des agressions et des bombardements contre les camps palestiniens en Syrie", a affirmé Izzat al-Rishq, un membre du bureau politique du Hamas en exil, sur sa page Facebook.

A Gaza, le porte-parole du gouvernement du Hamas, Taher al-Nounou, a réclamé "l'arrêt des attaques contre notre peuple en Syrie".

L'aviation syrienne a bombardé dimanche pour la première fois en 21 mois de conflit le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk à Damas, franchissant une nouvelle étape dans sa guerre pour chasser les rebelles de la capitale.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins huit civils ont été tués dans le raid qui a visé, d'après des habitants, une mosquée où quelque 600 déplacés avaient trouvé refuge.

Yarmouk abritait 150.000 réfugiés avant d'être gagné par les violences ces derniers mois. Selon l'UNRWA, 520.000 Palestiniens vivent en Syrie, dont 400.000 à Damas et dans sa région.

Les Palestiniens sont divisés sur la question du conflit syrien, certains ayant pris les armes avec les rebelles et d'autres avec les forces pro-régime.

Le régime du président Bachar al-Assad a longtemps soutenu le Hamas, lui accordant de nombreux avantages et facilités en Syrie, mais dernièrement le mouvement islamiste palestinien a apporté son soutien aux rebelles après que des camps palestiniens en Syrie ont été la cible de bombardements.

La rupture a été consommée avec une attaque en règle en octobre de la télévision officielle syrienne contre le chef du Hamas en exil, Khaled Mechaal, accusé d'ingratitude et d'avoir "vendu la résistance pour le pouvoir", pour avoir exprimé son "soutien à la révolution du peuple syrien" lors d'un congrès du parti au pouvoir en Turquie, à couteaux tirés avec le régime syrien.

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, avait salué le 24 février au Caire "le peuple héroïque de Syrie qui aspire à la liberté, la démocratie et la réforme", rompant la neutralité affichée jusqu'alors par le mouvement palestinien envers la contestation en Syrie.

Des membres du Hamas combattent avec les rebelles à Damas et dans sa région, selon des militants syriens anti-régime dans la capitale.

bur-agr/cnp