NOUVELLES
16/12/2012 10:11 EST | Actualisé 15/02/2013 05:12 EST

Le roi assure que Bahreïn "demeurera le pays des libertés"

Le roi Hamad ben Issa Al Khalifa a assuré que Bahreïn demeurerait "le pays des libertés et de la tolérance" dimanche, alors que des manifestants chiites étaient, selon des témoins, dispersés par la police.

Dans un discours à l'occasion de la fête nationale, le souverain a souligné la nécessité de "préserver le consensus national, sans aucune ingérence étrangère", et a rendu hommage aux forces armées "qui font face aux défis".

Il a assuré que Bahreïn "demeurera le pays de la loi et des institutions, des libertés et de la tolérance entre toutes les religions et les cultures".

Petit royaume du Golfe dirigé par une monarchie sunnite, Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par des chiites, majoritaires au sein de la population et accusés par le pouvoir d'être instrumentalisés par l'Iran.

Alors que le roi prononçait son discours à Manama, la police dispersait à coups de grenades lacrymogènes et de bombes assourdissantes des dizaines de jeunes descendus dans les rues des villages chiites entourant la capitale, à l'appel d'un collectif radical, le "Mouvement du 14 février".

"A bas Hamad", "Khalifa, démissionne", scandaient, selon des témoins, les manifestants à l'adresse du Premier ministre Khalifa ben Salman Al-Khalifa, un oncle du roi en poste depuis 1974.

Le prince héritier Salmane ben Hamad Al-Khalifa avait lancé la semaine dernière un nouvel appel au dialogue, espérant débloquer la situation dans le pays où le face-à-face entre le pouvoir et l'opposition prend un tour de plus en plus violent.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), au moins 80 personnes ont trouvé la mort depuis février 2011.

bur-at/tg/sw