NOUVELLES
16/12/2012 11:08 EST | Actualisé 15/02/2013 05:12 EST

Il faut résister aux dépenses excessives à Noël

TORONTO - Noël approche, mais ce n'est pas une raison pour s'emballer et offrir des cadeaux qui donneront des maux de tête lorsque la facture surgira dans la boîte aux lettres, en janvier.

Il n'est pas trop tard pour se dresser un budget et choisir des cadeaux simples et peu dispendieux pour ses proches.

Les Canadiens dépensent environ 1600 $ pendant la saison des Fêtes incluant les réceptions, le pourboire aux camelots en passant par l'achat de papier d'emballage. Cette somme peut placer certains consommateurs dans une situation problématique alors que plusieurs dépasseront allègrement ce montant, affirme Jeffrey Schwartz, directeur de l'organisme à but non lucratif, Consolidated Credit Counseling Service, qui aide les gens à affronter les problèmes de crédit.

L'outil numéro un, selon les conseillers en magasinage et en endettement, c'est une liste dont on ne dérogera pas en respectant le nombre de personnes qu'on veut gâter et le montant qu'on désire consacrer à ses étrennes.

«Ainsi, lorsque vous vous dirigez au centre commercial et que vous repartez avec exactement ce qui était sur la liste, vous pouvez dire: mission accomplie», précise M. Schwartz, en ajoutant que ce sont les achats impulsifs qui plongent les gens dans un gouffre financier.

Tout comme pour un mariage, ajoute-t-il, la meilleure façon de réduire les coûts, c'est de réduire le nombre de personnes sur la liste. Cette dernière devrait débuter par les proches, la famille, les amis, les collègues et les fournisseurs de services. Il faut commencer avec les plus importants et juger ensuite s'il y a encore de la place pour les autres. Si la liste est trop longue, vous devrez alors acheter des cadeaux moins coûteux ou retrancher certaines personnes de la liste.

Régler ses achats en comptant demeure la deuxième clef pour respecter son budget, rappelle Jeffrey Schwartz, ainsi on voit l'argent sortir de son portefeuille. Retirer de la banque le montant budgété et, lorsque le dernier billet a été dépensé, mettre fin aux achats.

Selon la designer Lynn Spence, il ne faut pas hésiter à discuter ouvertement en famille de la limite à fixer pour le coût d'un cadeau. «Déjà qu'il faut étirer chaque dollar, beaucoup plus qu'on le faisait avant.»

La pression familiale peut être forte pour certains, ajoute Mme Spence. «On se dit: c'est bien, on va tous chez la tante Suzanne pour Noël, nous serons 27, il faut donc apporter des cadeaux pour 27 personnes.»

Au travail, avec des amis et même en famille, on peut choisir un Père Noël qui distribuera un cadeau par personne. Encore là, il faut fixer une limite et s'en tenir à cela. Surtout, il faut éviter les objets de pacotille comme des chaussettes ou un plateau ornés d'une décoration de Noël, conclut Lynn Spence. «Offrez quelque chose qui pourra être utilisé toute l'année.»

On peut également offrir un cadeau adapté aux goûts des gens comme un laissez-passer de cinéma, un certificat-cadeau pour leur restaurant préféré ou un abonnement à une revue, un présent qui durera toute l'année.

Une autre possibilité est d'offrir une série de services présentés dans un carnet fait à la main et qui pourront être utilisés tout au long de l'année comme du gardiennage ou un repas maison.

Inutile de dépenser pour l'achat d'une carte (si on fait des cadeaux), affirme Mme Spence. Un paquet d'étiquettes qu'on accroche aux présents seront suffisants. Le dispendieux papier d'emballage de Noël n'est pas nécessaire non plus. Un papier brun orné d'un ruban de couleur fera tout aussi bien l'affaire. «Consacrez plutôt cet argent au budget de cadeaux.»

Si on ne peut pas trop dépenser, une simple carte de voeux sera tout aussi sympathique, en autant qu'on y a ajouté un message chaleureux et personnel. Si on y ajoute une photo de ses activités, cela comblera parents et amis.

«Si vous prenez le temps de vous asseoir et d'écrire un petit mot dans la carte, c'est absolument incroyable, commente Lynn Spence, je n'écris jamais de carte, je n'ai pas le temps, mais quand j'en reçois une, je jubile. C'est le geste qui compte, quel qu'il soit, ce sera un grand geste.»

Au lieu de sortir dans un restaurant chic avec des collègues, des amis ou la famille, on peut organiser un souper thématique de jeux de société, un souper où chacun apporte un plat différent ou un plateau de fromages et du vin.