NOUVELLES
16/12/2012 05:13 EST | Actualisé 15/02/2013 05:12 EST

Godfrey Chitalu, le buteur zambien redécouvert grâce à Messi

Quasiment inconnu hors de son pays, le buteur zambien Godfrey Chitalu, décédé accidentellement en 1993, est soudainement réapparu dans l'actualité lorsque certains ont affirmé qu'il était le vrai détenteur du record de buts marqués en une année, récemment attribué à Lionel Messi.

Selon des dirigeants zambiens, en effet, Chitalu aurait marqué 107 buts en 1972, bien mieux que les 88 inscrits pour l'instant par le prodige argentin du FC Barcelone.

Un record qui toutefois n'a rien d'officiel puisque la Fédération internationale (Fifa) s'estime dans l'incapacité de le valider faute de statistiques fiables.

Mais qui est donc ce Chitalu, légende du football dans son pays, près de vingt ans après sa disparition ?

Depuis 1993, son nom était lié à un tragique événement, celui de l'accident d'avion dans lequel il est décédé, avec l'ensemble de l'équipe nationale zambienne dont il était devenu le sélectionneur, au large du Gabon. La Zambie se rendait alors au Sénégal pour un match de qualifications au Mondial-1994.

Hasard de l'actualité footbalistique, Chitalu a été récemment redécouvert sous un nouvel éclairage.

La Fédération zambienne est montée au créneau pour contester le record du nombre de buts en une année civile attribué à Lionel Messi, qui appartenait depuis 40 ans à l'Allemand Gerd Müller (85 buts).

Preuve à l'appui, une photo en noir et blanc du Zambia Daily Mail, datant de 1972, où l'attaquant pose, en costume cravate, avec un ballon barré de la mention "1972 Godfrey Chitalu 107 buts". En détail, 49 buts en Championnat de Zambie et 58 en Coupes et matches internationaux entre le 23 janvier et le 10 décembre.

Interpellée, la Fifa a déjà tranché. Son porte-parole Alex Stone a déclaré jeudi à l'AFP qu'aucun de ces éventuels records ne pouvait être authentifié, devant le manque de données dont la Fifa dispose, ses statistiques ne portant que sur les tournois internationaux qu'elle organise.

Il n'en reste pas moins que Chitalu, né le 22 octobre 1947 dans un bidonville alors en Rhodésie du Nord, est toujours considéré comme une légende dans son pays.

"C'était un attaquant vif, très énergique. Je ne l'ai jamais vu malade, blessé, personne n'a eu l'occasion de le déposséder de son statut. Godfrey était tout simplement génial, un homme incroyable", se souvient Dennis Liwewe, commentateur zambien de 76 ans connu à travers le continent.

Issu d'un milieu modeste et père de sept enfants, Chitalu a rapidement brillé sur les terrains de Zambie. Au bout de 3 ans passés au prestigieux club de Kitwe United, il recevait en 1968 le titre de joueur de l'année, grâce à 81 buts inscrits, selon un chercheur zambien. Il recevra 5 fois la récompense.

Transféré aux Kabwe Warriors en 1971, il héritait pour son endurance du surnom "Ucar", du nom d'une marque de batteries longue durée. La fameuse année 1972 était celle de tous les succès, en Championnat et dans les trois tournois à élimination directe du pays.

Paradoxalement, Chitalu s'est peu illustré avec l'équipe de Zambie. Le "serial buteur" a participé deux fois à la CAN (1974, 1978) mais y est resté muet.

"J'ai joué avec lui, je sais de quelle trempe était Godfrey. Vous ne pouvez pas lui enlever le fait qu'il a été le meilleur attaquant que ce pays ait jamais eu", affirme Fred Mwila, entraîneur respecté.

Des performances restées dans l'ombre jusqu'au record de Messi, qui a agi comme un déclencheur et permis à des recherches menées par deux Zambiens, bouclées en janvier, d'être enfin publiées.

os-jcm/es/bvo/bm